RMC Sport

Espagne: Luis Enrique annonce sa liste... avec des mannequins

Encore une mise en scène originale pour le patron de la Roja.

Après les maillots dans le vestiaire en octobre et les vignettes de joueurs en novembre, les mannequins. Luis Enrique a trouvé une nouvelle façon originale de révéler la liste des joueurs qui disputeront les rencontres qualificatives pour l’Euro 2020 face à la Norvège et Malte.

Sur un terrain, il a collé les noms des joueurs sélectionnés un à un sur des mannequins. Parmi les heureux élus, quatre nouveaux. Sergi Gomez (26 ans), le milieu du Betis Séville Sergio Canales (28 ans), celui de Naples Fabian Ruiz (22 ans) et l'attaquant de Getafe, Jaime Mata (30 ans).

Luis Enrique a également rappelé Juan Bernat (7 sélections) et Jesús Navas (35 sélections). Ils n’avaient plus joué avec l’Espagne depuis 2015 pour le premier et 2014 pour le second.

Isco (36 sélections) qui n’a disputé que 16 matchs de championnat avec le Real Madrid n’a quant à lui pas été retenu. Tout comme d’autres habitués, Saúl (15 sélections) et Koke (44 sélections).

L’Espagne poursuit sa reconstruction

"Ce n'est pas une révolution, c'est une évolution", a précisé l'ancien joueur et entraîneur du Barça.

"Il ne s'agit pas de faire une liste de joueurs avec qui je m'entends bien, mais de joueurs qui correspondent mieux à l'idée de ce que nous voulons produire sur le terrain et qui nous apportent des résultats."

Arrivé en juillet 2018 juste, Enrique a dû reconstruire une équipe secouée pendant la Coupe du monde en Russie. Le 13 juin, à la veille de la compétition, le sélectionneur Julen Lopetegui avait en effet été renvoyé pour avoir négocié son arrivée sur le banc du Real Madrid. Fernando Hierro, son remplaçant par intérim n’avait pas réussi à éviter la désillusion avec une élimination en quart de finale face à la Russie. Pour le moment, l'Espagne a remporté 4 de ses 6 matchs avec Luis Enrique, qui n'est donc pas un coach mannequin. Et dire que pendant ce temps, Didier Deschamps se contente d'une petite conférence de presse à la papa...

Déborah Adoh