RMC Sport

Espagne: Samuel Eto’o risque dix ans de prison

Samuel Eto'o sous le maillot de Barcelone

Samuel Eto'o sous le maillot de Barcelone - AFP

L’administration espagnole ne plaisante pas avec l’évasion fiscale. Accusé d’avoir fraudé entre 2006 et 2009, Samuel Eto’o risque une lourde peine de prison et une amende record.

Samuel Eto’o est aussi dans le viseur de la justice espagnole. Actuellement sous contrat à Antalyaspor, le Camerounais et son ancien représentant sont accusés d’avoir fraudé le fisc de plus de 3 millions d’euros au moment où le joueur évoluait à Barcelone entre 2006 et 2009. Selon El Pais, la justice espagnole aurait requis 10 ans et demi de prison, et 14 millions d’euros d’amende contre l’ancien joueur du FC Barcelone.

A lire aussi >> Turquie : la folle promesse d’Eto’o si Antalyaspor ne termine pas dans le Top 10

Un montage financier bancal

L’administration fiscale espagnole reproche à Samuel Eto’o un montage financier sur les revenus tiré de ses droits à l’image, notamment au sein d’un juteux contrat le liant à la marque Puma. L’ancien joueur du Barça se serait débrouillé pour déléguer ces revenus à deux sociétés – une hongroise et une espagnole - et ainsi échapper à l’impôt sur le revenu. La justice espagnole ne reconnaît pas ce montage, estimant que Samuel Eto’o était le propriétaire réel de ces droits. Le Camerounais aurait ainsi évité 3,4 millions d’euros de taxes sur trois ans.

A lire aussi >> En vidéo : Samuel Eto’o a toujours le sens du but, merci pour lui

En conflit avec son ancien agent

Dans cette affaire, la ligne de défense de l’attaquant est simple : il considère que Josep Maria Mesalles, son agent jusqu’à 2011, était seul responsable de ses affaires financières. Les deux hommes sont d'ailleurs en guerre depuis une sombre affaire d’investissements immobiliers datant de 2011, et se renvoient la balle. Le joueur d’Antalyaspor avait déjà déposé une plainte contre son ancien agent en 2013 pour des faits d’escroquerie et de détournement de fonds. Face à ces chefs d’accusation, le parquet espagnol a requis de très lourdes peines, notamment en raison du non-remboursement par Samuel Eto’o des sommes non-déclarées depuis 2009.

C.M