RMC Sport

J. Escudé : « Le Real manque encore d’automatismes »

Le défenseur internationel espère contrarier le grand Real Madrid.

Le défenseur internationel espère contrarier le grand Real Madrid. - -

C’est le premier choc de la Liga version 2009 : le FC Séville de Julien Escudé, troisième, reçoit ce soir (21h) le Real Madrid. Le défenseur international français attend les Galactiques de pied ferme…

Comment se présente ce choc face au Real ?
On est content de profiter d’une telle affiche contre l’une des meilleures équipes d’Europe. C’est un match très attendu, aussi bien à Séville, à Madrid que dans toute l’Espagne. Je n’ai pas évoqué spécialement le match avec Lass’ (Diarra) et Karim (Benzema) ces derniers temps. On en parlera lorsqu’on sera à Clairefontaine. On aura dix jours pour ça !

Le Real est-il selon vous encore plus costaud cette saison ?
Ils ont recruté ce qui pouvait se faire de mieux en Europe avec Ronaldo, Kaka et Benzema. Ils ont équilibré en qualité. Ils ont envie de dominer, que ce soit en championnat ou en Ligue des champions. Cela commence à prendre forme. Il faut leur laisser du temps, car tous ces joueurs viennent d’arriver. Ils manquent encore d’automatismes.

L’absence éventuelle de Cristiano Ronaldo, blessé, pourrait-elle être un avantage pour Séville ?
C’est l’homme en forme, on l’a vu contre Marseille. Il s’est rapidement adapté, même s’il a beaucoup de pression par rapport à son transfert. A nous de profiter de son absence. Mais il y a d’autres grands joueurs au Real…

Comment jugez-vous le parcours de votre équipe jusqu’à présent ?
On essaie d’évoluer dans la lignée des saisons passées. On n’a perdu qu’un seul match depuis le début de la saison. On enchaîne des victoires depuis un moment. On marque des buts et on en encaisse peu. L’entraîneur fait tourner, mais l’équipe continue de gagner. Nous sommes sur une bonne dynamique.

Comment se porte la charnière que vous composez avec Sébastien Squillaci ?
Depuis qu’il est arrivé l’an dernier, cela se passe bien. On est complémentaires. On a trouvé une stabilité. On s’entend bien sur le terrain et en dehors. Nous arrivons à un moment de notre carrière où nous pouvons miser tous les deux sur une certaine expérience, une maturité. On vit de bons moments ensemble !

Marc Benoist