RMC Sport

L’enquête sur la greffe du foie d’Abidal rebondit en France

La justice espagnole a lancé une procédure auprès du trésor public français pour obtenir des informations sur le cousin d'Eric Abidal, dans le cadre de l'enquête sur la greffe du foie subie par l'ancien international français en 2012.

L'enquête sur la greffe du foie d'Eric Abidal rebondit en France. Selon la Cadena Ser, la justice espagnole a rendu une injonction d'enquête européenne au Trésor public français pour obtenir des informations sur Gérard Armand, cousin de l'ancien arrière gauche de l'équipe de France qui a fait don d'un greffon à l'ancien joueur en 2012. L'accusation espagnole s'intéresse aux actifs de ce dernier et a donc demandé aux autorités fiscales fiscales de lui fournir toutes les informations nécessaires le concernant. 

Dans le détail, la justice espagnole a demandé les déclarations de revenus et de capitaux de Gérard Armand de 2011 à 2019. L'enquête cherche à déterminer si Gérard Armand a pu recevoir un "cadeau ou une rétribution" pour la greffe, selon la lettre du procureur de la République.

Le parquet considère que "le fait que, d'après la procédure menée à ce jour, il puisse être conclu que Gérard Armand et Eric Abidal sont cousins ​​et que Gérard Armand présente des lésions compatibles avec le don d'une partie de son foie est insuffisant pour conclure cette instruction".

La justice soupçonne un don illégal

Opéré en 2011 pour enlever une tumeur alors qu'il évoluait au FC Barcelone, Abidal avait dû subir une greffe du foie le 10 avril 2012. Son cousin, Gérard Armand lui avait fait don d'une partie du sien. Mais la justice espagnole a ouvert une enquête en ayant un doute sur l'origine "illégale" du greffon, soupçonnant une affaire de trafic d'organes à la suite d'écoutes téléphoniques menées sur l'ancien président Sandro Rosell. La greffe avait été déclarée "conforme" en 2018 avant que l'enquête ne soit finalement réouverte en 2019. 

En juillet 2018, la presse avait divulgué un dialogue entre Rosell et un de ses anciens collaborateurs, Juan José Castillo. "Il est contre nous", pouvait-on lire de la part de ce proche de l’ancien président du Barça, qui ne goûtait pas les sorties publiques d’Abidal, alors secrétaire technique du club, sur la gestion passée du club. "Nous lui avons acheté un foie illégal, reprenait-il. Et nous avons dit que ça venait de son cousin! De son cousin!"

Les investigations ont repris sur cette base depuis le 30 janvier 2019. En novembre de la même année, Gérard Armand avait subi un test ADN. 

NC