RMC Sport

Barça: le cousin d’Abidal entendu dans l’enquête sur la greffe de foie

Eric Abidal

Eric Abidal - @AFP

L’Equipe indique que le cousin donneur d’Eric Abidal sera auditionné par la justice dans le cadre de l’enquête concernant la greffe de foie de l’ancien international après des écoutes sur l'ancien président du Barça, Sandro Rosell.

La justice espagnole tente de faire la lumière sur la greffe de foie dont a bénéficié Eric Abidal le 10 avril 2012. Un doute persiste sur le fait que le greffon ait été donné par Gérard Armand, le cousin germain de l’ancien défenseur du Barça. La justice espagnole avait mené des investigations sur son origine, pensant qu'il était illégal, puis les recherches ont été abandonnées. L’enquête a finalement été rouverte le 30 janvier par la cour d’appel de Barcelone.

Les écoutes téléphoniques menées dans le cadre d’investigations sur l’ancien président du club catalan Sandro Rosell, ont relancé le processus. En juillet 2018, la presse avait divulgué un dialogue entre Rosell et un de ses anciens collaborateurs. "Il est contre nous", pouvait-on lire de la part de ce proche de l’ancien président du Barça, qui ne goûte guère les sorties publique d’Abidal sur la gestion passée du club.

Audition prévue le 8 novembre

"Nous lui avons acheté un foie illégal, reprenait-il. Et nous avons dit que ça venait de son cousin! De son cousin!" Les investigations ont repris sur cette base depuis le 30 janvier sous la direction d’une juge d’instruction, madame Ortega. Celle-ci a choisi d’entendre le cousin germain comme simple témoin après avoir décortiqué son dossier médical, annonce L’Equipe. Ainsi, le 8 novembre à partir de 10h, Gérard Armand aura tout le loisir de s’expliquer.

"Eric ne me rassure pas. Depuis la greffe en 2012, j'avais eu quelques nouvelles de lui, mais c'était très irrégulier. Quand l'affaire a resurgi en juillet dernier, mon téléphone n'arrêtait pas de sonner. C'était Eric. Et puis, plus rien. Je n'ai plus eu de nouvelles de lui jusqu'à la fin de l'année", racontait-il au Parisien le 22 février dernier alors qu’il annonçait s’être constitué partie civile.

QM