RMC Sport

Le Barça fait vaciller Mourinho

-

- - -

Malgré cinq points d’avance en Liga, le Real Madrid traverse une drôle de crise. Miné par les tensions, le vestiaire merengue ne fait plus front derrière José Mourinho. Et les revers à répétition contre le Barça n’y sont pas étrangers.

Malgré cinq points d’avance sur Barcelone, le vestiaire du Real Madrid ne respire pas franchement la sérénité. En cause, une nouvelle fois, José Mourinho. Exit le succès probant face à l’Athletic Bilbao (4-1), dimanche, les journalistes présents à Santiago Bernabeu n’avaient qu’une idée en tête : en savoir plus sur les tensions qui pèsent entre le technicien portugais et certains de ses joueurs. Les révélations du quotidien Marca, samedi, au sujet d’une franche explication entre Sergio Ramos et Mourinho au lendemain du revers face au Barça (2-1) en quart de finale de la Coupe du Roi, ont fait couler beaucoup d’encre.
Fin communiquant, le Portugais a esquivé les questions qui fâchent en répondant qu'il ne lisait pas Marca, et encore moins les jours de match. « Il n’y a eu aucun problème cette semaine, a-t-il lâché. Quant aux sifflets à mon encontre, je ne suis pas inquiet. Zidane et Ronaldo ont, eux aussi, été sifflés à Bernabeu. » Certes. Mais si les tensions étaient beaucoup plus fortes à l’époque des Galactiques, notamment entre Raul et Ronaldo, ces Madrilènes-là dominaient souvent le Barça.

Un départ en fin de saison ?

A Madrid, les échecs successifs contre les Catalans ne passent plus. Alors que l’ancien boss de Chelsea reproche aux Espagnols de ne pas soutenir ses choix tactiques, le vestiaire madrilène n’a pas compris pourquoi il avait aligné une formation aussi défensive en Coupe du Roi. Par ailleurs, le vilain geste de Pepe sur Leo Messi (il lui a écrasé la main) a mis un peu plus en lumière le fossé entre les joueurs lusitanophones (Ronaldo, Pepe, Marcello) et le reste du vestiaire. Emmené par Pepe et Cristiano Ronaldo, ce clan serait soutenu par Mourinho selon certains joueurs du Real.
Si les « Espagnols », Sergio Ramos et Iker Casillas en tête, ont eu une discussion franche et claire avec leur entraîneur, c’est aussi parce qu’ils ont toujours attaché beaucoup d’importance à l’image de leur club et parce que, contrairement au passé, ils veulent entretenir des rapports cordiaux avec le Barça. Dimanche soir, Mourinho a indiqué qu'il n'y avait aucune distance entre les joueurs espagnols de son effectif et les autres. Quelques heures plus tard, son entourage laissait pourtant entendre qu’il pourrait quitter Madrid à la fin de la saison, alors que son contrat expire en 2014. Malgré un possible 32e titre de champion d’Espagne, Barcelone pourrait bien avoir la peau du « Special One. »