RMC Sport

Le Real fait plier le Barça

Cristiano Ronaldo

Cristiano Ronaldo - -

Le Real Madrid a répondu aux sceptiques en remportant la Supercoupe d’Espagne grâce à son succès sur le Barça (2-1) au match retour à Bernabeu. Les Merengue ont offert une démonstration en première période avant de gérer le résultat et lancent enfin leur saison.

Un match nul et deux défaites. Tel était le bilan famélique du Real Madrid en ce début de saison. Tancés par José Mourinho, qui n’avait guère apprécié leur prestation qualifiée « d’inacceptable » face à Getafe le week-end dernier, les Madrilènes ont répondu de la meilleure des manières au Portugais. Au terme d’une première mi-temps superbe, les Merengue ont mis leurs adversaires catalans sous l’éteignoir en 18 minutes avant de gérer tranquillement leur résultat (2-1). Réduits à dix dès la 28e minute pour une faute d’Adriano, dernier défenseur, les Blaugrana ont connu une première demi-heure catastrophique à l’image de leur charnière Piqué-Mascherano complètement dépassée.

Dès le début de match, le Real a pressé très haut. Higuain, mis en échec à la 7e minute par Valdès, a profité d’une terrible bévue de Mascherano sur une chandelle de Pepe pour battre le gardien international (1-0, 10e). Piqué, compère de l’Argentin en défense centrale, s’est montré solidaire, offrant une deuxième séquence digne du zapping. Sur une passe molle de Khedira, l’ex-Mancunien a regardé Ronaldo. Le Portugais ne s’est pas fait prier, s’emmenant le ballon d’une belle aile de pigeon avant de tromper le portier blaugrana (2-0, 18e). Higuain a continué à semer la panique mais Barcelone a refait surface. Sur un coup franc à 25 mètres, Messi a exécuté Casillas, redonnant de l’espoir aux siens (2-1, 44e).

Modric, première

Le match a alors pris des airs de chaos, Pedro, Tello, Jordi Alba, Messi ou Montoya répondant à des opportunités madrilènes signées Khedira ou encore Modric. Tout juste arrivé dans la capitale espagnole, le Croate a pu s’offrir sa première apparition en blanc, remplaçant Özil à la 82e minute. Bien servi par Benzema, entré lui aussi en jeu en fin de match, l’ex-Spur a été contré in extremis. Cristiano Ronaldo, critiqué pour son « inefficacité » en championnat (0 but en 2 matches) a été omniprésent, marquant et se procurant de nombreuses occasions. Le retour de l’aboyeur Pepe a également été salutaire pour un Real trop tendre sans lui. Les Catalans, eux, pourront toujours se dire que sans la boulette de son gardien au match aller ils auraient soulevé le trophée ce soir.

Jérôme Carrère