RMC Sport

Real Madrid: Kroos ne veut pas baisser les salaires

Toni Kroos, milieu de terrain du Real Madrid, livre une analyse réfléchie sur la politique de baisse de salaires prônées par les clubs pendant la crise du coronavirus. Il estime que les footballeurs peuvent agir différemment.

Cela pourrait passer pour un nouveau caprice de footballeur. Mais Toni Kroos livre une analyse réfléchie sur la volonté des clubs de baisser les salaires des joueurs pendant la crise du coronavirus. Invité de "Steil extra!", podcast du site allemand SWR Sport, le milieu de terrain du Real Madrid ne se montre pas favorable à cette option alors que son club réfléchit actuellement à baisser de 20% maximum la paie des joueurs de son effectif.

>> Le sport face au coronavirus: la situation en direct

"Une baisse de salaire, c'est comme un don en vain"

"Une baisse de salaire, c'est comme un don en vain, ou pour le club", a déclaré l'international allemand. L'ancien joueur du Bayern Munich incite ses collègues à prendre des mesures individuelles, bien plus pertinentes, selon lui. 

"Je suis favorable à ce que le plein salaire soit payé et à faire des choses sensées"

"Je suis favorable à ce que le plein salaire soit payé et à faire des choses sensées, a-t-il ajouté. Tout le monde est invité à aider là où c'est nécessaire et il y a de nombreux endroits où cela est nécessaire." Le joueur est lui-même impliqué dans des causes caritatives. Il a notamment créé une fondation pour aider les enfants gravement malades en 2015.

Le joueur pousse sa réflexion encore plus loin et s'interroge sur le "système global de football". "De nombreux clubs n'ont pas de revenus prévus, souligne-t-il. Cela dépend aussi de la durée pendant laquelle tout reste arrêté. Si, par exemple, les matchs se jouent à nouveau en mai, des solutions seront sûrement trouvées. Si cela ne reprend qu'en hiver, je peux imaginer que des clubs ne le feront plus (payer les salaires, ndlr). Cela changerait le football tel que nous le connaissons."

Pour lui aussi, le marché des transferts sera impacté avec des montants à la baisse. "Je doute que de telles sommes puissent être payées comme ces dernières années, conclut-il. Je pense que tous les problèmes vont se poser. Certains plus, d'autres moins. Tout est devenu un peu extrême. "

NC