RMC Sport

Reprise de la Bundesliga: l'inquiétude du Français Yoric Ravet

L’annonce de la reprise de la Bundesliga le 16 mai provoque une inquiétude chez certains joueurs comme le Français, Yoric Ravet, attaquant de Fribourg. Il se livre sur cette situation "bizarre" à laquelle se prépare son club.

Pour les fans de foot, c’est une libération. Les joueurs, eux, ne vivent pas de la même manière la reprise de la Bundesliga, le 16 mai prochain. "Un soulagement? Non pas forcément, soupire Yoric Ravet, milieu offensif français de Fribourg. Il y a encore beaucoup de cas en Allemagne et partout dans le monde. C’est un peu bizarre comme sentiment. Tu reprends ton métier mais d’un autre côté, il y a des personnes qui souffrent."

>> Suivez la Bundesliga avec l'offre RMC Sport + beIN Sports

Arrivé au club en 2017, l’ancien joueur de Grenoble, Saint-Etienne et Angers, s’inquiète de ce retour sur les terrains, même s’il n’a pas joué cette saison. "Quand vous avez des enfants et une femme à la maison, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver, poursuit-il. Ce n’est pas facile comme situation." Cet avis personnel n’est pas partagé par tous mais illustre une certaine appréhension.

Les entraînements collectifs avec opposition ont repris

L’Allemagne prépare pourtant ce retour depuis de longues semaines sur les bases d’un protocole sanitaire strict. Celui-ci a déjà été éprouvé lors de la reprise des entraînements, il y a un mois, avec des groupes restreints, un accès limité au vestiaire, l’interdiction des douches sur place et des tests de dépistage au Covid-19 très fréquents, "tous les trois jours" à Fribourg. Les résultats sont connus dans les trois heures permettant ainsi la mise en quarantaine rapide en cas de verdict positif. Il y en a eu dix chez les joueurs parmi les 38 clubs de D1 et D2 allemandes. 

Depuis deux semaines et l’approche d’une issue positive, la Ligue de football allemande (DFL) a effectué un gros travail de sensibilisation et de responsabilisation des clubs pour appliquer strictement les protocoles. Condition sine qua none pour un retour sur les terrains. Jeudi, l’annonce de la reprise a fait passer un cap dans les clubs. "Depuis aujourd’hui (jeudi), on a repris l’entraînement collectif", confie Yoric Ravet. Les joueurs sont invités à conserver certaines précautions et restent par exemple éloignés lors des étirements ou lors des ateliers de musculation. Les contacts sont, en revanche, inévitables dans les oppositions à venir. "On va être obligé, on joue dans dix jours", sourit Ravet.

Mise au vert à l’hôtel pendant cinq jours

Pour Fribourg, habituellement candidat au maintien mais actuellement 8e et en course pour une qualification en Ligue Europa, cela reprendra par un déplacement périlleux sur le terrain du RB Leipzig. Un match préparé dans des circonstances inédites. "La semaine prochaine, on sera en mise au vert pendant cinq jours jusqu’au match, explique le Français. On sera en quarantaine dans un hôtel à Fribourg tout en s’entraînant." Un moyen d’effacer tous les contacts avec l’extérieur même s’ils sont déjà limités puisque les joueurs ont été invités par leurs clubs et la DFL à ne sortir que pour des choses utiles. 

"Une ambiance de match amical sans les merguez !"

Ce huis clos à l’hôtel en précèdera un autre sur le terrain. "Ça va être un délire un peu bizarre, confie Yoric Ravet. Ça va être une ambiance de match amical qui compte comme un match officiel, sauf qu’il n’y aura pas l’odeur des merguez! C’est bizarre." Le joueur, qui n’entre pas dans les plans de l’entraîneur Christian Streich, craint de vivre cette situation hors du commun loin du terrain. "Je ne m’attends à rien, conclut-il. C’est la vie, il y a pire, surtout en ce moment."

Nicolas Couet