RMC Sport

Ronaldo soigné en dehors des règles ?

Cristiano Ronaldo

Cristiano Ronaldo - -

Selon Marca, le staff médical madrilène songerait à accélérer le processus de guérison de son attaquant en ayant recours à un traitement à base de cellules souches. Un procédé expérimental, d’ores et déjà sanctionné par l’AMA. Le club dément.

Cristiano Ronaldo enchaîne les pépins physiques depuis quelques semaines et l’indisponibilité du joueur qui vaut 94 M€ tombe mal alors que le Real est engagé en cette saison finissante sur trois tableaux (Championnat, Coupe du Roi et Ligue des champions). A peine remis d’une lésion à la cuisse gauche, le Portugais a rechuté contre l’Atletico Madrid, souffrant d’une inflammation à l’arrière de la cuisse gauche (biceps fémoral).
Engagés dans une course contre le temps, le club et son attaquant envisageraient, selon Marca, de recourir à un procédé à base de cellules souches qui permettrait d’accélérer le rétablissement de CR7. Interrogé, le club nous a renvoyé vers le staff médical de Sanitas, organisme de soins qui asure le suivi du Real Madrid, qui nous a à son tour... renvoyé vers le club. Selon nos informations l’entourage du joueur a réfuté les allégations du quotidien sportif espagnol. Et pour cause. Le procédé présente au moins deux inconvénients.
D’abord, la technique consistant à aller chercher des cellules souches chez le nouveau né (cordon ombilical) ou chez l’adulte (moelle épinière, sang, peau), recherchées parce qu’elles se multiplient et sont compatibles avec n’importe quel rhésus, demeure expérimentale appliquée à la traumatologie sportive. Appliqué communément en médecine générale (brûlure, maladies cardiaques, leucémie), le procédé n’a pas encore été validé dans les cliniques sportives. « Ça m’interpelle, réagit Pierre Rochcongar, le président de la commission médicale de la FFF. On en est au stade de travaux expérimentaux, il n’y a pas de publications qui valident ce type de pratiques. Il est impossible de se prononcer en l’état des recherches. »

Un procédé interdit par l'AMA

Enfin, même au stade expérimental, le procédé enfreint le règlement antidopage. Consultée, l’Agence mondiale antidopage est formelle : « L’utilisation de cellules normales ou génétiquement modifiées » entre dans la liste 2011 des produits et procédés, « ayant la capacité potentielle d’améliorer la performance sportive (M3.2, Dopage génétique). » Reste la possibilité pour le club de demander une autorisation à usage thérapeutique (AUT), mais là encore l'AMA se montre sceptique. « Si les médecins du Real nous demandent une AUT, on serait curieux de voir les justifications médicales... »
Le staff médical de la Maison blanche, qui a donc préféré garder le silence, ne doit pas ignorer les risques médicaux et règlementaires d’un éventuel recours à de telles méthodes. José Mourinho et son joueur risquent de devoir utiliser des procédés moins sulfureux.

Louis Chenaille (avec G.Q, C.M.)