RMC Sport

A. Ayew : « Valbuena va revenir encore plus fort »

André Ayew

André Ayew - -

Le milieu de terrain et international ghanéen de l'OM revient sur la blessure involontaire qu’il a infligée à Mathieu Valbuena le week-end dernier à l’entraînement.

André Ayew, êtes-vous affecté par le fait d’avoir blessé Mathieu Valbuena ?

Je suis triste parce qu’on a besoin de lui. Mais ça aurait pu être un choc avec n’importe qui. Ça s’est passé dans le jeu. Il y a un petit contact où je mets le pied sur le ballon. Son pied reste coincé au sol. Ça fait mal parce que c’est un joueur important de l’effectif. Il apporte beaucoup techniquement. Le perdre à une période importante de la saison, c’est dur. Mais bon, c’est le football. On sait qu’il est costaud mentalement. Il va revenir encore plus fort. En attendant, on a l’effectif pour palier son absence.

Quelles relations entretenez-vous avec Didier Deschamps ?

Avant la Coupe du monde (2010, ndlr), je ne le connaissais pas bien. Mais lorsque je suis revenu, durant la préparation, on a eu de très bonnes discussions au moment de ma prolongation de contrat. J’ai appris à le connaître, à l’apprécier. Il m’a donné envie de me battre pour lui. C’est un coach qui est très dur avec moi parce qu’il pense que je peux faire encore mieux. C’est quelqu’un qui peut beaucoup m’apporter. Il connaît bien le milieu du football. En tant que joueur, il a gagné beaucoup de titres. C’est important pour ma progression.

« Envie de retrouver le milieu de terrain »

Vous semblez vous épanouir davantage depuis votre repositionnement au milieu de terrain…

J’ai été formé au milieu. C’est à ce poste que j’ai fait mes gammes. En arrivant en pro, j’ai dû aller où il y avait de la place. Donc j’ai joué à gauche. J’ai essayé de faire du mieux possible. Mais j’ai toujours eu envie de retrouver ce poste de milieu de terrain. Aujourd’hui, j’ai cette opportunité. J’essaie de la saisir à fond. En sachant que ma polyvalence peut aussi être un atout.

Malgré vos débuts un peu difficiles, vous vous êtes toujours accroché…

Ça fait partie de ma nature. Avec mon frère Jordan (attaquant de l’OM, ndlr), on a appris à ne rien lâcher. Pas seulement dans le football, mais dans la vie en général. Ça n’a pas été facile pour moi depuis mes débuts professionnels. J’ai dû travailler très dur. Surtout que je n’ai jamais joué à mon vrai poste, au milieu. Ça a été le cas à Arles-Avignon (la saison passée en L2, ndlr). Tout a été plus facile à partir de ce moment. J’espère encore progresser. Je suis jeune (21 ans). J’ai beaucoup d’ambition. Je vais essayer de faire mes preuves à Marseille, en espérant peut-être aller plus haut par la suite.