RMC Sport

A Bordeaux, la transition s’annonce coton

Fernando

Fernando - -

Non qualifiée la saison prochaine pour la Ligue Europa, c’est une équipe bordelaise probablement délestée dans les jours prochains de son capitaine Alou Diarra, de Benoit Trémoulinas et privée de gros moyens financiers qui s’avance vers la prochaine intersaison.

« Quand un producteur prend un metteur en scène, ce sont pour ses qualités. Le casting vient au second plan. » La métaphore utilisée par Jean-Louis Triaud pour commenter l’arrivée de Francis Gillot à Bordeaux est lourde de sens. Si le président girondin pense avoir trouvé le bon successeur de Jean Tigana, il ne peut garantir à ce dernier le visage qu’aura son effectif la saison prochaine. Et pour cause. Privée de Coupe d’Europe, Bordeaux devra « réduire la voilure ». « Pas la peine de me demander le montant de l’enveloppe de recrutement, poursuit Triaud. Il n’y aura pas d’enveloppe. » En réalité, cette dernière dépendra des départs à venir au sein du groupe girondin.

Deux semblent actés : ceux d’Alou Diarra et de Benoit Trémoulinas. Le premier dispose d’une clause libératoire de 7,7 millions d’euros que seuls Lyon, un club étranger ou les investisseurs qataris du PSG peuvent payer. Le second, suivi par Lille, Marseille ou encore le Borussia Dortmund, est sous contrat jusqu’en 2013 et ne sera pas bradé. Aucune offre n’a encore été formulée pour les deux joueurs.

Fernando aussi sur le départ

Le Bordeaux cru 2011-2012 souhaiterait s’appuyer sur Jaroslav Plasil et Fernando. Mais le Tchèque, suivi par Lille, n’a toujours pas trouvé d’accord en vue d’une prolongation de contrat alors que le Brésilien serait sur le départ. Un club du Qatar lui tend les bras. « C'est vrai qu'il semblerait que cela soit bien avancé, même si nous n'avons pas encore de contact direct avec ce club », a commenté Triaud.

La seule certitude qu’a Gillot sur son effectif, c’est la présence de Cédric Carrasso, l’international ayant prolongé à l’issue du championnat jusqu’en 2015. Il pourra également s’appuyer sur les jeunes du centre de formation (Diabaté) ainsi que sur les retours de prêt (Sertic, Saivet). Quid de Maurice-Bellay, que Gillot avait promis, en cas de départ de Sochaux, d’emmener dans ses valises ? « Il n’y a rien de défini, a précisé le nouvel entraîneur bordelais. Je ne sais pas si nous avons besoin de lui dans l'effectif bordelais. En tout cas, je ne revendique rien. » Jean Tigana disait la même chose il y a un an.