RMC Sport

Affaire Payet : Vers un apaisement

-

- - -

Bien qu'encore marqué par la non-concrétisation de son transfert à Paris, Dimitri Payet va revenir à l'entraînement mercredi matin. Reste à savoir quelle sera l’accueil qui lui sera réservée.

Encore absent aujourd’hui, Dimitri Payet va effectuer son retour à l’entraînement mercredi. Le jeune Stéphanois, rentré tard lundi soir de Paris où il avait passé la journée dans l’espoir d’être transféré au PSG, va retrouver le chemin de l'Etrat où s'entraîne Saint-Etienne. Il a d’ailleurs d’ores et déjà prévenu ses dirigeants ainsi que son entraîneur de son retour. Invité dans Luis Attaque, l’agent du milieu de terrain réunionnais, Jacques-Olivier Auguste a confirmé cette information : « Dimitri rentre à la maison. Il rentre à Saint-Etienne. Il va reprendre l'entraînement demain avec tout le groupe. Il va de nouveau défendre les couleurs de Saint-Etienne. Cela ne va d’ailleurs pas tâcher son image. Il va falloir qu’il revienne encore plus fort. Il n’y a que la réalité du terrain. Il a prévenu tout le monde qu’il ferait son retour dans le groupe mercredi ».

Reste à savoir désormais comment le jeune Réunionnais rebondira sportivement. Ce sont surtout ses retrouvailles avec les supporters qui seront attendues. Elles promettent même d’être chaudes. Christophe Galtier va devoir trouver les mots pour le relancer. «Il est jeune et pour moi c'est une erreur de jeunesse a expliqué l’entraîneur stéphanois ce mardi. J'attends qu'il revienne demain et je veux pouvoir discuter avec lui en homme à homme». Roland Romeyer, le président du directoire des Verts, a également précisé que le joueur allait être sanctionné.

Un départ inéluctable en juin ?

Si Payet a tout intérêt à revenir dans le droit chemin, le joueur ne devrait pas demeurer dans le Forez au-delà de cette saison. Le ressort semble cassé. Paris est d’ailleurs à l’affût pour juin. Les décideurs stéphanois vont bien devoir se pencher sur le contrat de Payet, qui est à l’origine du clash entre les deux parties ces derniers jours. Une clause prévoit en effet une revalorisation salariale automatique en cas de sélection en équipe de France. Ce qui est le cas depuis octobre dernier. Les dirigeants stéphanois s’y plieront-ils ? Les négociations attendront sans doute quelques jours. La priorité du moment est de recoller les morceaux au niveau sportif et psychologique. Mais le joueur n’a certainement pas perdu ses envies de départ. Il a cinq mois désormais à attendre et à prouver avant d’hériter certainement d’un bon de sortie en bonne et due forme.

M.B. et E.J.