RMC Sport

Amiens-OM: Marseille tombe de haut et la suite s'annonce galère

L’OM a concédé son deuxième revers de la saison vendredi, sur le terrain d’Amiens (3-1). C’est une très mauvaise opération comptable pour les hommes d’André Villas-Boas. Ce qui les attend après la trêve internationale s’annonce démentiel.

Marseille n’y arrive plus, l’OM ne gagne plus. Pire encore, il se remet à perdre (3-1) contre "plus petit" que lui, une formation du bas de tableau, Amiens (16e avant ce match), qui n’en demandait pas tant. L’Olympique de Marseille restait sur trois matchs nuls consécutifs face à Montpellier, Dijon et Rennes. Il y a tant d’interrogations, tant de questions qui doivent hanter l’esprit chagrin de l’entraîneur André Villas-Boas au coup de sifflet final.

Sur un contre supersonique lancé par Bodmer à gauche, dans un fauteuil au milieu des trois joueurs qui tentaient de l’enfermer, Mendoza s’en allait détruire les maigres espoirs olympiens de revenir au score à la 93e minute. Hagard, le regard perdu, à l’image de ses joueurs sur le terrain, sonné par le coup qu'il venait de recevoir sur la tête, Villas-Boas a mis du temps à réaliser. Plus qu’il n’en a fallu cependant à l’OM pour réagir dans ce match.

Une entame compliquée, Benedetto pour égaliser

Marseille a semblé reprendre la maîtrise de la rencontre après une entame difficile où il a souffert dans l’agressivité, avec l'ouverture du score d'Aleesami (11e) compensée par l'égalisation de Benedetto (23e) d'une belle frappe croisée. Jusqu’à ce penalty concédé par Caleta-Car (39e). L’OM a encaissé neuf penalties en Ligue 1 en 2019, plus que tout autre équipe dans les cinq grands championnats sur la période.

Ce ne peut être le fruit du hasard, même si l’OM, très affaibli, a des circonstances atténuantes. Dimitri Payet, Alvaro Gonzalez et Florian Thauvin sont absents. Boubacar Kamara est suspendu. C’est beaucoup trop d’un seul coup pour un club comme l’OM. André Villas-Boas a encore dû bricoler derrière sans sa charnière centrale de référence, et devant composer avec l’absence de la plupart de ses cadres.

Benedetto buteur mais pas sauveur

André Villas-Boas a embarqué 19 joueurs à Amiens, dont six purs produits de la formation marseillaises: Ngapandouetnbu, Phliponeau, Perri, Chabrolle, Lihadji et Aké. Dépourvue de créativité offensive , la formation olympienne s’en est remis à la vista retrouvée de son buteur maison, Dario Benedetto, lequel n’avait plus marqué depuis le 15 septembre et un match invraisemblable contre Monaco, le dernier succès (4-3) de l’OM en Ligue 1. Peut-être la seule bonne nouvelle de la soirée. Car l’OM manque l’occasion de se rapprocher du podium.

"Après Monaco, on n'a pas été capables de gagner les points. On va perdre plusieurs places dans le classement, on doit tout faire en octobre, a soufflé Villas-Boas au micro de Canal+ Sport. Réviser les ambitions au classement? C'est trop tôt. Les autres n'ont pas joué encore. Mais ce sont des opportunités qu'on a ratées, on n'a pas été capables de prendre les points. On a toujours des qualités, cela donne aussi de l'expérience aux jeunes joueurs. Mais le plus important, ce sont les points et nous sommes dans une situation difficile maintenant."

Les semaines qui s’annoncent seront très, très difficiles à appréhender mentalement. Les Marseillais vont devoir s’armer de courage. Après la réception de Strasbourg le 20 octobre, les coéquipiers de Steve Mandanda se déplaceront au Parc des Princes (27 octobre) puis défieront Lille (2 novembre) avant un troisième choc de niveau Ligue des champions contre Lyon. Ce tunnel infernal peut définitivement enterrer les ambitions de l'OM ou, au contraire, déclencher quelque chose de positif. Le football est parfois irrationnel, l'OM peut encore nous surprendre.

QM