RMC Sport

OM: comment expliquer les difficultés ponctuelles de Benedetto

Après avoir planté quatre buts en trois matchs, Dario Benedetto marque le pas ces dernières semaines. Mais l'attaquant argentin de l'OM, qui tentera de retrouver son efficacité ce vendredi soir à Amiens (20h45) a des circonstances atténuantes.

Gagner pour reprendre leur marche en avant et rester au contact des équipes de tête. Tel est l’objectif des joueurs de l'OM, ce vendredi soir. En déplacement à Amiens (20h45) en ouverture de la neuvième journée de Ligue 1, Steve Mandanda et ses coéquipiers veulent en finir avec leur série de matchs nuls (trois d’affilée), même s’ils se présenteront à La Licorne avec un effectif une nouvelle fois handicapé par les absences de Boubacar Kamara, Dimitri Payet, Alvaro Gonzalez et Florian Thauvin, auxquelles il faut ajouter celle de Kevin Strootman, à son tour suspendu.

Loin d’avoir l’embarras du choix, André Villas-Boas devrait en toute logique reconduire un trio Valère Germain-Dario Benedetto-Bouna Sarr en attaque. Avec l’espoir, pour l’entraîneur portugais, que Benedetto retrouve son efficacité. Car après des débuts très prometteurs, l’attaquant de 29 ans marque le pas ces dernières semaines. Resté muet lors de ses deux premières apparitions avec l’OM, avec au passage un penalty expédié en tribunes à Nantes (0-0), Benedetto avait débloqué son compteur à Nice (2-1) sur une très belle volée du droit sans contrôle. En confiance, il avait remis ça le week-end suivant face aux Verts (1-0) en concluant de sang-froid une action qu’il avait lui-même initiée d’une superbe talonnade pour Bouna Sarr.

Peu de munitions

Au Vélodrome, il était apparu très à l’aise dans le football de transitions rapides désiré par Villas-Boas. Capable d’ouvrir des espaces et précieux dans ses déviations, il s’était aussi arraché au pressing pour le bien du collectif. Ses qualités s’étaient à nouveau exprimées du côté de Monaco (4-3) avec un doublé à son actif. Mais depuis ce succès sur le Rocher le 15 septembre, la machine à marquer argentine s’est quelque peu enrayée.

L’ancien joueur de Boca, arrivé cet été contre un chèque de 16 millions d’euros, est tour à tour resté muet contre Montpellier (1-1), Dijon (0-0) et Rennes (1-1). Un mutisme qui n’a toutefois rien d’alarmant. Benedetto n’a évidemment pas perdu son talent en trois semaines. Très volontaire et disponible dans le jeu, il est resté un point d’appui précieux pour l’OM même quand il n’a pas marqué. Il lui faut simplement retrouver un brin de confiance et de réalisme dans les 30 derniers mètres. Contre Rennes, après avoir vécu une première période très frustrante avec très peu de ballons à négocier, il a étonnamment gâché quelques munitions en prenant sa chance alors que des coéquipiers lui présentaient des solutions.

"C'est quelqu'un de collectif"

"En seconde période, on a un peu centré, mais ça manquait de qualité. Je pense que c’est pour ça qu’il a plus tiré en dehors de la surface. Normalement, sur les deux actions qu'il a eues, où il peut donner le ballon, ce sont des choses qu'il faisait très bien à Boca. C'est un type d’individualisme qui n'est pas normal venant de lui. On a précisément pris Benedetto pour faire jouer Payet et Thauvin, c'est l'idée initiale. C’est ce qu’il a raté avec Khaoui et Sarr. Mais on n'a pas beaucoup centré, car Rennes a bien défendu et notre première mi-temps était ratée", a relevé Villas-Boas cette semaine en conférence de presse, sans accabler son attaquant. Bien au contraire.

"C'est un joueur généreux. C'est quelqu'un de collectif. Il m'a dit que ça faisait trois ans qu'il ne jouait pas trois matchs de 90 minutes, et c'est aussi une chose importante", a-t-il appuyé. Car s’il est remis de sa blessure au mollet, Benedetto doit encore s’adapter à un championnat réputé pour être très physique. Sans pouvoir souffler, puisque Villas-Boas n’a pas d’option pour le remplacer en cours de match depuis qu’il aligne Germain d’entrée sur un côté pour pallier l’absence de Payet.

"Je pense qu’il était un peu fatigué. Mais il était au niveau de l’équipe. Tout le monde a souffert. On ne peut pas attendre qu’il marque à tous les matchs", avait prévenu Villas-Boas après le nul concédé à Dijon le 24 septembre. Très sollicité, Benedetto a donc surtout fait de la récupération ces derniers jours. Au-delà de cette dimension physique, l’Argentin n’est pas non plus aidé par le manque de précision de l’OM depuis quelques matchs au niveau des centres, des corners et autres coup-francs.

Payet lui manque beaucoup

Peu servi, il a peu d’occasions de faire parler la poudre et doit attendre avec une grande impatience le retour de suspension de Payet. Sanctionné pour ses propos adressés à l’arbitre lors du match contre Montpellier, l’international français devrait revenir pour le choc face au PSG le 27 octobre. Avant son carton rouge, il avait commencé à nouer une complicité intéressante avec Benedetto, qui aime décrocher pour toucher des ballons et qui pouvait profiter de la touche technique et des percussions de Payet pour combiner.

Cette complémentarité paraît moins évidente avec Germain ou Sarr. S’il est plus difficilement trouvé par ces partenaires en l’absence de Payet, Benedetto conserve malgré tout la confiance totale du groupe et du staff marseillais. Et qu’il se rassure, il devrait avoir l'opportunité de s'illustrer en Picardie. Avec treize buts encaissés, Amiens présente effectivement l’une des pires défenses de Ligue 1 en ce début de saison.

Rodolphe Ryo avec FGe