RMC Sport

Ancelotti : « Une très bonne source de motivation »

Carlo Ancelotti

Carlo Ancelotti - -

Incapable de gagner lors des trois premiers matchs de la saison, le PSG joue déjà gros à Lille ce dimanche soir (21h) selon son entraîneur, Carlo Ancelotti. Mais l’Italien fait confiance à ses joueurs pour se lancer enfin.

Carlo, comment va Zlatan Ibrahimovic avant le match face à Lille ce dimanche ?

Il a encore un petit problème mais je pense qu’il peut jouer. Il a passé des examens, il n’a rien de particulier mais une petite douleur (à la cheville, ndlr). Il s’est entrainé. Il n’est pas encore à 100 % mais comme contre Bordeaux, il peut jouer.

Et Thiago Silva, qui a dû déclarer forfait ?

Il a eu une blessure avec l’équipe nationale olympique. Il a joué deux matchs et quand il est rentré, il est revenu blessé. Nous devons prendre le temps pour faire en sorte qu’il soit bien. Nous ne voulons pas prendre le risque de le mettre sur le terrain tant qu’il n’est pas à 100 %.

Ce match peut-il être le déclic pour le PSG ?

Peut-être, nous voulons être positifs. Je pense que ce sera un match difficile parce que Lille a une bonne équipe. Je pense que c’est une des meilleures équipes de France avec une très bonne organisation, de très bons joueurs. Nous ne sommes pas loin d’être à notre meilleur niveau mais il nous faut la confiance pour faire un bon match. Le fait que ce match s’annonce difficile peut être une très bonne source de motivation et le bon moment pour nous pour retrouver la victoire.

Quelle sera la clé pour ce match face à Lille ?

Tout sera important. Parce que quand vous jouez contre une équipe comme Lille, il faut être complet. La défense sera importante, mais il faudra aussi éviter les contre-attaques. Kalou et Payet partent très vite. Il faudra bien contrôler De Melo, très fort de la tête. Et avoir un bon contrôle dans le match avec la possession.

« La pression n’est pas un problème »

Trouvez-vous qu’il y a un décalage entre les critiques subies et le jeu proposé ?

C’est normal que tout le monde ait pensé que le PSG pouvait gagner les premiers matchs. Mais nous n’avons pas gagné, ils n’étaient pas bons et nous n’étions pas dans une dynamique positive. Mais il nous faut avoir la confiance. Le championnat est long et nous devons donner le meilleur, gagner tous les matchs que l’on peut. Et peut-être que ce sera le bon jour. J’ai confiance parce que je suis sûr que l’équipe travaille bien et tous les joueurs sont très motivés pour gagner.

Que pensez-vous des critiques à votre égard ?

C’est normal que quand une équipe comme le PSG n’arrive pas à gagner en trois matchs, il y ait des critiques. Quand ça ne va pas bien, il est logique que l’entraineur soit sous pression. Mais j’ai beaucoup d’expérience et la pression n’est pas un problème. Le problème, c’est que le PSG doit à nouveau gagner. Je dois attendre que l’équipe joue mieux et gagne. Le club sait bien que construire une équipe avec de nouveaux joueurs demande du temps, c’est normal. Les sessions d’entrainement sont bonnes, l’équipe est professionnelle. Nous n’avons pas de problèmes avec ça.

On a parfois l’impression que Javier Pastore n’est pas très motivé lors des entrainements…

Pastore a été le joueur qui a montré le plus d’intensité. Il était motivé. Il a joué deux matchs, dont le premier dans une nouvelle position. Il a eu quelques problèmes avec ce poste la première fois. Lors du second match, tous les joueurs devant n’ont pas fait un bon match. Si un joueur ne joue pas bien, ça se répercute sur tout le reste de l’équipe. Il jouera peut-être dans une position plus reculée face à Lille. Je pense que cette position de milieu de terrain pour lui est la meilleure pour améliorer la qualité du jeu.

Le Néerlandais Grégory van der Wiel va-t-il faire de Christophe Jallet un remplaçant ?

Je pense qu’il commencera à s’entrainer la semaine prochaine. Mais je ne crois pas que ça puisse mettre Jallet en difficulté. Nous avions besoin d’un arrière droit parce que seul Jallet pouvait évoluer à ce poste. C’est mieux pour gérer la concurrence.

Propos recueillis par Jérémy Pelletier