RMC Sport

Anigo-Labrune – Les meilleurs moments de leur conf' de presse

-

- - -

Après le limogeage d’Elie Baup samedi, Vincent Labrune, le président de l’OM, et José Anigo, le nouvel entraîneur phocéen, étaient en conférence de presse ce lundi après-midi. En voici les meilleurs moments.

Labrune : « On a touché le fond »
« Je remercie Elie Baup au nom du club pour son passage à l’OM. C’est quelqu’un de loyal, de droit et d’honnête. C’était une décision difficile à prendre. A l’OM, il y a un degré d’exigence supérieur à d’autres clubs. Vendredi (défaite 1-0 face à Nantes, ndlr), on a touché le fond dans le jeu et l’état d’esprit. On est tous coupables, mais le premier responsable c’est l’entraîneur. J’ai attendu le plus possible mais avec le staff, on n’avait plus de solution. C’est le rôle d’un dirigeant de prendre des décisions parce que j’avais la conviction qu’on ne pouvait pas s’en sortir à long terme. J’ai attendu le plus possible mais avec le staff, on n’avait plus de solution. C’est le rôle d’un dirigeant de prendre des décisions parce que j’avais la conviction qu’on ne pouvait pas s’en sortir à long terme. »

Labrune : « José connait le club »
« José a l’énorme avantage de bien connaître le métier, le club et surtout les joueurs. On va redresser la barre avec José jusqu’à Noël. »

Anigo : « Pas le choix »
« Il (Vincent Labrune, ndlr) m’a expliqué que je n’avais pas le choix. Que dans l’urgence, je devais reprendre le club. Il a toujours été derrière moi. J’ai accepté de manière normale. »

Anigo ne se projette pas
« Je ne suis pas dans cet état d’esprit. Il y a quatre matches qui arrivent. On fera le point après. Je ne me projette pas plus loin. »

Anigo : « Pas le père fouettard »
« Il faut titiller leur état d’esprit (aux joueurs). Tout n’est pas à jeter. Il y a des choses qui se sont un peu évaporées chez certains. Je leur ai dit ce matin qu’ils étaient en partie responsables de cette décision. Je ne suis pas là en tant que père fouettard. »

Labrune n’a pas de short-list
« Je n’y pas pensé. Il n’y a pas le début d’une short-list. On vit les choses au quotidien. L’objectif est de remobiliser les énergies jusqu’à la trêve. Il est trop tôt pour penser à la suite. »

Anigo : « Faire une série »
« Il faut faire une série, gagner deux, trois ou quatre matches de rang pour se replacer, a-t-il déclaré. Hormis les deux locomotives (le PSG et Monaco, ndlr), il y a de la place pour tout le monde. C‘est la plus régulière qui ira au bout. »

La rédaction