RMC Sport

Aulas menace

-

- - -

A l’issue du match nul de Lyon au Mans (2-2), samedi, le président rhodanien Jean-Michel Aulas a déclaré que l’interdiction d’arborer le sponsor Betclic sur ses maillots allait « coûter très cher à la Fédération ou à la Ligue ».

Si Lyon a finalement décidé de jouer au Mans avec un maillot où ne figurait pas le nom de son principal partenaire, Betclic, son président Jean-Michel Aulas ne compte pas en rester là. « C'est un gros préjudice qui est infligé aux clubs français, et je pense que le moment venu ce préjudice va coûter très cher aux associations, que ce soit la Fédération ou la Ligue. A un moment ou à un autre, évidemment, on sera dans notre bon droit et notre légitimité sera reconnue », a-t-il affirmé après le match nul de l’OL décroché dans la Sarthe (2-2).

La loi sur l'ouverture des paris en ligne à la concurrence n'entrera en application que le 1er janvier 2010 au plus tôt, le cadre législatif et réglementaire français n’étant pas encore opérationnel. « Cette législation prive les clubs français, et pas uniquement Lyon, non seulement de sponsors qui seraient prêts à s'investir sur le championnat français, mais aussi sur la Coupe d'Europe, a-t-il ajouté. Et Betclic, qui est un investisseur français dans ce domaine du jeu, se trouve pénalisé, avec les clubs qui l'accompagnent, de manière tout à fait anormale. »

La commission des compétitions (COC) de la Ligue (LFP) avait décidé avant cette première journée de championnat de ne pas enregistrer le maillot lyonnais. Une décision confirmée vendredi par la commission d'appel de la LFP. « L'équité devrait nous permettre de l'avoir (le droit d'afficher le nom Betclic, estime Aulas, car je pense que devant un tribunal européen on aurait gain de cause immédiatement ».

La rédaction