RMC Sport

Bazin : « Le Guen sait où il va »

Pour Sébastien Bazin, l'actionnaire majoritaire du club, Paul Le Guen est encore l'homme de la situation au PSG

Pour Sébastien Bazin, l'actionnaire majoritaire du club, Paul Le Guen est encore l'homme de la situation au PSG - -

L’actionnaire majoritaire du PSG, Sébastien Bazin, a profité de l’inauguration du nouveau centre d’entraînement du club pour manifester son soutien à Paul Le Guen et à ses joueurs.

Sébastien Bazin, ca y est, enfin, le PSG est doté d’un centre d’entraînement à la hauteur de son standing…
Oui, il était grand temps. Ça fait vingt ans que l’on avait pris du retard. Quand on regarde les conditions dans lesquelles s’entraînaient les joueurs, ce n’était franchement pas bien. Aujourd’hui, c’est bien… il faut juste mériter ce centre. Il va falloir se battre et on aura des résultats.

Comment les joueurs ont-ils accueilli ce nouveau centre ?
Un seul mot sourire. Ils avaient le sourire aux lèvres. Je crois qu’ils étaient heureux. Je crois surtout qu’ils se rendent compte des efforts réalisés par le club, par les actionnaires. Ils ont désormais de très bonnes conditions de travail. Le plus important, c’était les espaces de détente. Il ne faut pas qu’ils prennent leur douche et qu’ils rentrent chez eux. Il faut qu’ils restent prendre un café, qu’ils se parlent, qu’ils échangent, qu’ils rigolent ensemble. Ils pouvaient difficilement le faire dans l’ancien centre. Là, ils peuvent rester ici toute la journée.

En tout cas, ils sont gâtés…
Ce sont eux qui ont demandé à avoir un billard et un baby-foot. Il y a des canapés, un espace restauration… Ils vont être chouchoutés. C’est pour cela que les gens aiment ce club. Mais tout cela, ce n’est pas à sens unique. C’est maintenant à eux de faire les efforts. Ils le savent. On peut perdre des matches mais on n’a pas le droit d’en perdre sans se battre.

Vous avez associé le nom d’Alain Cayzac au vestiaire des joueurs… Dans quel but ?
Pourquoi ? Parce que j’ai commencé mon histoire au PSG avec Alain Cayzac, quelqu’un que je connaissais peu finalement il y a deux ans et demi. C’est un homme finalement assez proche d’un homme exceptionnel. Il a tout donné pour ce club et ce que les gens oublient, c’est qu’au-delà de ses deux années de présidence au sein du club, probablement les plus difficiles pour un président de club en exercice, il a passé une vingtaine d’années au PSG. Il a pris des coups, sans jamais se plaindre. Moi j’estime que des gens qui prennent des coups, ne se plaignent pas et tout cela pour l’amour d’un club, c’est beaucoup trop rare. Il était grand temps que le club les remercie.

Parlons un peu de l’aspect sportif. Le PSG n’est pas au mieux en championnat, il reste notamment sur deux défaites consécutives en L1. L’arrivée de ce nouveau centre d’entraînement peut-il redynamiser le groupe ?
Oui, je pense que c’est un vrai rebond. Cette saison est déroutante. J’étais très fier lorsqu’ils ont gagné à Marseille. En plus, c’était un très beau match. On a tous souhaité qu’ils restent sur leur lancée mais ils se sont pris les pieds dans le tapis trop vite. Mais l’ossature est plus forte, la qualité individuelle également… il n’y a pas de raisons qu’ils n’y arrivent pas. Ils finiront dans le haut de tableau cette saison. Il leur faut juste un déclic supplémentaire. Ce centre peut en être un.

Paul Le Guen a-t-il toutes les clés pour réussir cette saison ?
Oh que oui. Il est bien dans sa tête, il sait où il va, nous partageons les mêmes objectifs. On est, de la présidence à l’entraîneur, aux joueurs en passant par la présidence, bien en place comme on dit dans le football.

Pour finir, quand est-il du retrait de Morgan Stanley du capital du club ? Avez-vous déjà trouvé d’éventuels repreneurs ?
Effectivement, Morgan Stanley a émis son souhait de se désengager du capital du club. On a demandé à des banquiers de nous aider à chercher des acquéreurs. Ça prend du temps, il n’y a pas d’urgence, on a largement le temps pour le faire. En attendant, on va chercher des résultats.

Loïc Briley