RMC Sport

Ben Arfa pense à arrêter sa carrière

Hatem Ben Arfa

Hatem Ben Arfa - AFP

EXCLU RMC SPORT - Empêché d’évoluer avec l’OGC Nice, Hatem Ben Arfa va annoncer mardi qu’il rompt son contrat avec le club azuréen. Et selon son avocat Jean-Jacques Bertrand, intervenu ce lundi soir dans Luis Attaque, le milieu offensif de 27 ans songe carrément à ranger les crampons.

Maître Bertrand, comment va se terminer cette affaire Ben Arfa à Nice ?

Cela va se terminer par une absence d’Hatem dans le championnat de France. Ce sera annoncé demain (mardi) officiellement. Tous les recours formulés n’aboutissant pas, cela ne sert à rien d’insister. Ce n’est plus possible. Il va donc dire qu’il quittera le club, en le remerciant de tous les efforts que celui-ci a fait pour le faire revenir.

Que peut-il faire maintenant ? Retourner en Angleterre ? Aller jouer ailleurs ?

Il ne peut pas rester sept mois sans compétition. C’est complètement inenvisageable, ou alors il arrête le football. Ce n’est d’ailleurs pas sorti de son esprit pour le moment parce qu’il est un peu abattu par ce qu’il pense être un acharnement.

« On ne veut pas qu’il joue »

Il pense clairement à arrêter ?

Cela fait partie des hypothèses. Les joueurs peuvent parfois être un peu paranos, dit-on, mais il a l’impression qu’on ne veut pas le voir. En Angleterre, on a du mal. Là, il n’a rien fait de mal et on ne veut pas qu’il joue. A un moment donné, il est obligé de se poser la question. J’en ai connu d’autres qui ont eu les mêmes idées à un moment de leur carrière et on est là pour le convaincre qu’il y a encore des belles choses à faire sur le football. Aujourd’hui, il faut voir dans quelles conditions il a la possibilité de jouer ailleurs avant le mois d’août.

Allez-vous formuler de nouveaux recours contre la FFF ou la LFP ?

Ce soir, l’idée n’est pas là. Mais le problème vient des instances qui, quels que soient les arguments développés, s’acharnent à dire que le match (disputé avec les U21 de Newcastle en août dernier) était officiel. Tout le monde vous dit que la loi, c’est la loi et le règlement, c’est le règlement. Ils se retranchent derrière ça et on ne peut rien y faire.