RMC Sport

Bielsa : « Aucun joueur n’est arrivé par ma décision »

-

- - -

Après un nul à Bastia (3-3) et une défaite contre Montpellier (0-2), l’OM est à la peine en ce début de saison. Marcelo Bielsa a tenu ce jeudi une conférence de presse. Retrouvez les meilleures déclarations de l'entraîneur argentin.

Pas d’excuse pour Bastia et Montpellier

« L’équipe dont je disposais m’amenait à croire que c’était obligatoire de gagner les deux premiers matchs. La difficulté, ce n’est pas les qualités intrinsèques de la L1. Je n’ai aucune excuse qui justifie le fait d’avoir seulement un point sur six. Je peux dire qu’on aurait pu gagner le premier match, même si on ne le méritait pas clairement, qu’on a mieux joué lors du deuxième match et qu’on méritait de le gagner. »

Un groupe restreint

« Je trouvais intéressant de venir à Marseille car il y avait quatre points essentiels et le club a cru qu’il était possible de les satisfaire. Le premier était d’avoir un groupe de 22 joueurs d’un niveau similaire pour ne pas avoir de titulaires et de remplaçants établis. Cela supposait l’achat de sept joueurs et un investissement de 35 millions d’euros. Le chiffre a été ramené de 22 à 20. Mais j’ai compris qu’on n’arriverait même pas à 18. Et aujourd’hui nous sommes 16, à peine. »

Le choix des recrues

« Aucun joueur n’est arrivé au club par ma décision et je considère Barrada, Michy et Alessandrini comme de grands joueurs. (Alef, le jeune Brésilien, qui a été prêté à l’OM ?) Non, je ne l’ai pas choisi. »

Un projet déjà différent

« Il y a deux réalités : un projet qui ne correspond pas à celui imaginé au départ et les efforts de l’institution et de moi-même pour assimiler ce que l’on ne peut pas résoudre. Je ne veux pas faire de démagogie. Les intérêts de l’institution sont de ma responsabilité. »

L’impératif de résultats

« Je ne réclame rien. Je ne suis pas en condition de le faire. Le temps de la planification, de la prévision, c’est déjà derrière nous. Nous sommes déjà obligés d’avoir des résultats. »

L’éventualité d’un départ prématuré

« C’est une question qui, si vous connaissez le milieu du foot, a mille réponses. L’entraîneur qui dit qu’il va rester, il part demain. Et le président qui dit qu’il te garde, te vire après. »

La résistance de ses joueurs à la pression

« Il n’y a pas de joueurs faibles devant la pression. Je ne dis pas qu’ils sont tous forts, mais je peux vous assurer qu’aucun n’est faible devant la pression. »

La réincorporation de Fanni dans le groupe pro

« Initialement, le club m’a dit qu’il ne comptait pas sur Fanni. Après, j’ai demandé qu’il participe à la préparation mais il a eu une période de vacances prolongées et il ne les a pas écourtées pour intégrer le groupe. Il a un contrat, il respecte ses engagements selon ce que lui demande le club. Je n’imagine rien, mais j’ai du mal à prendre une décision quand il y a d’autres alternatives. La semaine dernière, il était sur le point d’être transféré en Angleterre, donc je ne sais pas si ça a été fait ou s’il appartient encore au club. Il y a beaucoup d’incertitudes. Et puis l’opinion essentielle est celle du joueur. »

Le meilleur positionnement de Barrada

« Il peut jouer au milieu ou plus près de l’avant-centre. Il peut aussi jouer le pivot entre celui devant la défense et le milieu offensif. (…) A l’heure actuelle, il est disponible pour jouer samedi. »

la rédaction