RMC Sport

Bordeaux : Carrasso rend son brassard et c’est le malaise

Cédric Carrasso

Cédric Carrasso - -

Jeudi, Cédric Carrasso confiait à RMC Sport avoir demandé à son coach, Francis Gillot, de rendre son brassard. 24 heures plus tard, c’est un véritable flou artistique qui entoure cette décision, commentée de manière très mystérieuse par Gillot lui-même.

Samedi dernier à Ajaccio (1-1), Cédric Carrasso ne portait pas le brassard de capitaine des Girondins de Bordeaux. Un événement provoqué par le gardien de but lui-même. C’est à sa demande, auprès de son entraîneur, Francis Gillot, que l’ancien Marseillais a cédé son précieux sésame au milieu de terrain Grégory Sertic. Dans un entretien accordé jeudi à RMC Sport, Cédric Carrasso a expliqué les raisons de son choix.

« J’avais l’impression d’avoir toutes les responsabilités et je ne me sentais plus écouté totalement, nous a confié l’international français. J’avais l’impression qu’il n’y avait que moi qui m’impliquait par la parole, pour l’équipe. J’avais aussi l’impression de ne plus avoir de relais. C’est symbolique, que ce soit les supporters, les bénévoles, tous les gens qui travaillent auraient peut-être préféré que je le garde. Je ne suis pas quelqu’un qui lâche. Beaucoup de gens font des sacrifices pour nous, il faut savoir en faire aussi parfois. Je suis prêt à en faire si cela marche. Mais quoi qu’il arrive, cela ne changera pas avant, pendant ou après le brassard. » Pas exactement.

Gillot : « Il a réussi à vous embrouiller, c'est bien »

S’il confie n’avoir voulu passer qu’un message sportif (« le reste ne me regarde pas et cela ne doit pas affecter un joueur »), Cédric Carrasso a provoqué bien malgré lui un fort malaise en interne. Malaise immédiatement révélé par Francis Gillot, ce vendredi en conférence de presse. « Il s’est expliqué, il m’a donné ses raisons, je n’ai pas à vous les dire, a commenté le technicien girondin. Lui s’est expliqué devant vous, donc restez sur ce qu’il vous a dit. Vous l’interprétez comme vous voulez. C’est étonnant que ce ne soit pas interprété comme ça. Il a réussi à vous embrouiller, c’est bien. Moi je connais l’explication mais je n’ai pas à vous la dire ». Ambiance… D’autant que pour l’attribution du brassard, tout est… flou.

Les principaux concernés par le changement de capitaine, les joueurs, n’étaient même pas au courant de la demande de Cédric Carrasso. « Ah c’est Cédric qui a décidé de donner le brassard ? Vous êtes bien renseignés quand même, a avoué le buteur malien Cheick Diabaté. Je ne sais pas pourquoi il a fait ça, il ne m’a pas parlé de ça. Je pensais que c’était l’entraîneur qui avait décidé, qui voulait que Greg soit capitaine. Peut-être que comme Greg est sur le terrain, il peut plus nous motiver que Carrasso. » Sauf que Grégory Sertic, « très fier d’être capitaine » contre Ajaccio et prêt à remettre ça (« Je ne sais pas si je vais l’être ce week-end. C’est une très grosse fierté et je suis heureux aussi que le coach ait eu confiance en moi »), n’a pas été confirmé dans ce rôle vendredi par Gillot. « Si Carlos Henrique joue, c'est lui qui sera capitaine », a notamment précisé Gillot. Preuve de l’imbroglio majuscule et du manque de communication majeur qui règne au sein des Girondins en ce moment. Pas la meilleure des manières de préparer la réception de Guingamp, sachant que les Bordelais comptent pléthore de blessés et d’incertains (Diabaté, Saivet, Jussiê).

A lire aussi :

>> EN IMAGES : quand le PSG tombe en panne

>> EN VIDEO : Ricardo Carvalho met des coups francs à l'entraînement

>> Paris RMC : Les bons plans de la 34e journée

A.D avec O.S et à Bordeaux