RMC Sport

Bordeaux fait douter Rennes

Yoan Gouffran

Yoan Gouffran - -

Sur la lancée de sa belle fin de saison dernière, Bordeaux a empilé un 8e succès consécutif en Ligue 1 face à Rennes (1-0) ce dimanche. A l’inverse, les Bretons concèdent une 2e défaite et pointent à une inquiétante 18e place.

En début de saison, les dynamiques s’esquissent bien souvent sur d’infimes détails. Comme ce face-à-face perdu par le défenseur rennais Jean-Armel Kana-Biyik au bout du temps additionnel. Une frappe du plat du pied détournée par Cédric Carrasso qui a ouvert la voie d’un 8e succès consécutif girondin en Ligue 1, meilleure série en cours, plongeant du même coup Rennes dans les affres du doute, doublés d’une place de relégable. « Le match s'est joué sur des détails et les détails étaient pour nous », résumait ainsi le coach bordelais Francis Gillot. Après un revers contre Lyon (0-1) le week-end dernier, Rennes s’incline à nouveau par la plus courte des marges.

La faute ce dimanche à une réaction trop tardive après l’ouverture du score d’Obraniak (74e). Le sort, Costil pensait pourtant l’avoir mis dans les poches rennaises en sauvant un penalty injustement sifflé par M.Chapron, après un tacle viril mais correct de Boye sur Gouffran (20e). Le temps fort d’une première période écrasée par la chaleur et largement dominée par des jambes girondines, pas suffisamment tranchantes dans les 30 derniers mètres. « On a fait beaucoup de courses vers l'avant et on l'a payé en deuxième mi-temps », analysait Gillot.

Antonetti : « La confiance est entamée »

Au retour des vestiaires, la rencontre ronronne jusqu’à cette partie de billard devant le but de Costil conclue d’une frappe du gauche d’Obraniak (1-0, 74e). Le match s’emballe enfin, les occasions se multiplient côté rennais. Montano d’une superbe frappe des 25 mètres, alerte une première fois Carrasso (76e). Puis c’est Sané qui pensera égaliser d’une demi-volée à l’effet d’optique trompeur (88e). Jusqu’à l’énorme occasion de Kana-Biyik (90+5). Déjà entrevue en fin de saison dernière, l’inefficacité bretonne n’est plus très loin d’instiller le doute dans les esprits bretons.

« On ne valide pas ce qu'on fait de bien dans le match en ne marquant pas des buts, regrettait l’entraineur rennais Frédéric Antonetti. On a été supérieur à Bordeaux dans le jeu, mais on prend un but à l'arrivée. On est en difficulté au niveau de la confiance, elle est entamée depuis la fin de saison dernière, mais le doute ne doit pas s'installer. En faisant ce type de production, on va en gagner des matches. » Une courbe de confiance à inverser d’urgence car se profile désormais la réception de Bastia (25 août) et un déplacement à Marseille (2 septembre). Deux équipes au démarrage tonitruant, solidement accrochées au podium…

Sylvain Reignault avec Olivier Schwarz