RMC Sport

Bordeaux, l'ombre d'un doute

Francis Gillot

Francis Gillot - -

L’an passé, les Girondins s’étaient qualifiés pour l’Europa Ligue après une fin de saison pied au plancher (6 victoires en 6 matches). Si Bordeaux veut récidiver, il lui faudra enchaîner 6 succès lors de ses derniers 7 matches. A commencer par celui face à Montpellier, à 20h. Mais les Girondins doutent.

Les Girondins se méfient. Après le nouveau coup d’arrêt subi vendredi dernier à Marseille (défaite 1-0), Bordeaux n’est plus aussi sûr de lui. Et de sa capacité à rééditer une fin de saison en trombe synonyme de qualification pour la Ligue Europa, comme l’an passé à pareille époque. « L’année dernière, on n’avait pas plus de points, souligne Francis Gillot. On a encore deux challenges intéressants : faire le mieux possible en championnat, et se qualifier pour la Coupe ». Un espoir vite terni par une réalité indéniable : « C’est quand même mieux au niveau du contenu, mais on n’arrive toujours pas à marquer ».

De son côté, Marc Planus, le défenseur central, veut encore y croire : « En parlant de points, je crois qu’il n’y a pas un énorme écart. Il y a encore de l’espoir, le staff nous le dit tous les jours et je pense que les joueurs y croient ». Le taulier du vestiaire, persuadé d’une possible remontée en flèche de son club, s’inspire de la chute imprévisible de Lyon : « Il y a tellement de choses qui peuvent se passer dans le football que je ne suis pas convaincu que la tâche soit plus dure que les autres années ».

Terminer au minimum à la 7e place

« Bien finir, oui. La même chose, non. Tout gagner ? Je ne pense pas ». S’il ne croit plus au miracle, Cédric Carrasso ne compte pas lâcher le championnat pour autant. Notamment parce que le club, aujourd’hui 9e, a « budgetté » une 7e place au classement final. « C’est clair que ça me ferait chier que des gens d’ici reçoivent des lettres de licenciement parce qu’on n’a pas été assez bons », ironise le gardien de but. Ce dernier, inquiet pour le sort des travailleurs de tous poils, explique la baisse de régime actuelle par les blessures et les départs qui ont chamboulé le club bordelais cette année : « Tout ce qu’il y a eu cette saison pèse un peu, c’est normal ».

A quelques heures de la rencontre face à Montpellier (20h), Francis Gillot pense également au quart de finale de la Coupe de France à Lens, mercredi prochain. « Le meilleur moyen de passer à Lens, glisse le technicien girondin, c’est de mettre l’équipe contre Montpellier qui risque de jouer à Lens, à part peut-être deux ou trois joueurs ». Mais la réception de Montpellier ne s’annonce pas sans encombre : « Ils doivent gagner chez nous pour recoller », reconnaît Gillot. « Ils ont deux joueurs capables de faire la différence, avec Cabella et Belhanda. Sur les côtés, ça va vite avec Camara qui marque des buts… Ils ont une équipe offensive. Est-ce que ça peut nous convenir ? Certainement ». A confirmer dans les plus brefs délais.

A lire aussi :

>> Larqué : « Bordeaux, c’est lassant »

>> Rolan titulaire contre Montpellier ?

>> Zidane de passage chez les Girondins