RMC Sport

Bordeaux voit déjà plus grand

Cédric Carrasso

Cédric Carrasso - -

Après un début de saison calamiteux, Bordeaux redresse peu à peu la tête en Ligue 1 et veut profiter de son déplacement à Nice ce dimanche (14h) pour confirmer l’embellie, en enchaînant un septième match sans défaite.

« On a fait beaucoup de nuls, mais à force de faire des nuls et de gagner de temps en temps, on n’est pas très loin des cinq premiers. » En une phrase, Francis Gillot résume parfaitement le paradoxe girondin. Souvent poussif, rarement vainqueur (trois victoires en 11 journées), Bordeaux n’est qu’à trois points de la cinquième place. Et malgré un début de saison plus que compliqué, il peut conserver de légitimes ambitions dans le championnat. Comme par enchantement, les trois matches nuls concédés fin septembre, portant la série bordelaise à six matches sans succès, ont fini par intégrer une série de six matches… sans défaite. Voilà donc les hommes de Gillot qui se rendent à Nice ce dimanche (14h) sur une dynamique relativement positive.

« On sent qu’à l’entraînement, on est mieux. Il y a plus de bonnes choses, plus de buts, reconnaît l’entraîneur des Marine et Blanc. On est sur une bonne série et on n’a pas envie de s’arrêter. Il faut essayer de continuer pour basculer dans le bon tableau. Ça passera par quatre points sur les deux prochains matches du championnat. » Comprenez : Bordeaux va à Nice avant tout pour ne pas perdre. Et on ne pourra pas lui donner tort, au regard de son bilan loin de Chaban-Delmas : quatre nuls, une défaite.

Faubert : « On est encore fragiles »

Un discours qui tient bien sûr plus à la fragile embellie du moment qu’au classement des Bordelais, seulement 13es de Ligue 1. Julien Faubert garde d’ailleurs la tête froide à l’heure de se rendre à l’Allianz Riviera. « On sait qu’on a encore des choses à améliorer, avoue l’ancien Madrilène. Parce qu’on se sent fragiles dans certains matches. Les matches qu’on a faits cette saison sont douloureux sur la fin, même quand on mène. Mais il y a du mieux et c’est là où il ne faut pas lâcher. Il faudra saisir notre chance à Nice, bonifier notre mental, essayer d’être meilleurs dans les phases défensives et plus tueurs devant. » Ce qu’ils avaient parfaitement réussi à faire l’an dernier au stade du Ray, mettant un terme à un enchaînement de six victoires des Aiglons. Ces derniers, qui ont gagné tous leurs matches dans le nouveau stade, sont prévenus.

A lire aussi : 

- Bordeaux sans Traoré, Diabaté incertain

- Ligue Europa : Bordeaux retrouve le sourire

- Triaud pas inquiet pour Bordeaux

A.T. avec O.S.