RMC Sport

Ce PSG ne sait plus perdre

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic - -

Mené 2-0 à Saint-Etienne, Paris est parvenu à arracher le nul ce dimanche au bout du temps additionnel (2-2), bien aidé par l’expulsion de Lemoine. Longtemps malmenés, les Parisiens reprennent la tête de la Ligue 1 à Monaco.

A ceux qui se demandaient si un statut de bête noire était transmissible d’une saison à l’autre, Saint-Etienne en a apporté une preuve plus que tangible ce dimanche. Invaincu face à Paris la saison dernière (2 nuls, 1 victoire), les Verts ont prolongé leur série (2-2), en passant à un cheveu d’infliger aux hommes de Laurent Blanc, sur un nuage depuis plusieurs semaines, leur première défaite de la saison. Paris, bien loin du niveau affiché lors de ses dernières sorties (6 victoires de rang, 17 buts marqués, 1 encaissé) pourra s’estimer heureux de ramener un point du Chaudron, n’arrachant le nul qu’au bout du temps additionnel (94e), après avoir compté deux buts de retard.

L’expulsion sévère de Fabien Lemoine (59e) aura donc été le tournant d’un match que le PSG, pénalisé par un Marquinhos hors du coup, semblait promis à perdre. D’un extérieur du pied complètement manqué, le Brésilien a tout d’abord permis à Hamouma de servir Corgnet dans la surface, l’ex-Lorientais sanctionnant la maladresse d’une demi-volée somptueuse (19e). Si cette erreur était déjà grossière, que dire de la seconde, quand l’ex-Romain, totalement seul à l’entrée de sa surface a relancé… dans le genou de Motta, qui n’y attendait pas le moins du monde, avec pour conséquence de prendre toute la défense à revers. Hamouma ne s’est alors pas privé de profiter de cette grossière passe décisive pour doubler la mise.

Le miracle Matuidi

Un but gag mais mérité après des grosses occasions signées Brandao (10e, 28e) et une transversale trouvée par Lemoine (30e), d’une frappe somptueuse à 25 mètres, pendant que Paris ne cadrait pas le moindre tir en première période. Puis M. Buquet décida de sortir un deuxième jaune à l’encontre de Lemoine – le visage ensanglanté après avoir heurté le coude de Lavezzi - pour une faute qui ne le méritait pas forcément. 

La suite se résume à un siège brouillon mais victorieux de Paris. Une déviation gagnante de Cavani sur un centre de Maxwell (68e), et un but miraculeux de Matuidi, cherchant ses géants dans la surface stéphanoise et trompant finalement Ruffier sans que personne ne touche la balle (94e). Suffisant pour que Paris reprenne à Monaco le fauteuil de leader au profit d’une meilleure différence de buts (+13 contre +12) et envoyer un message on ne peut plus clair : ce PSG-là, désormais invaincu depuis 30 matches, ne sait plus perdre.

A lire aussi : 

- Le PSG s'offre un record

- L'actu de la Ligue 1

- Lyon s'écrase sur le Rocher

La rédaction