RMC Sport

Ce qu’il s’est passé après la victoire des Verts dans le derby

-

- - AFP

A match exceptionnel, après-match exceptionnel. Les Stéphanois, qui ont remporté leur premier derby à domicile depuis 20 ans contre l’OL (3-0), n’ont pas boudé leur plaisir. L’émotion de la bande de Christophe Galtier était largement palpable tout au long de la soirée, au même titre que l’abattement du clan lyonnais.

Il est 22h52, ce dimanche. Clément Turpin siffle la fin de Saint-Etienne - Lyon (3-0). Pour la première fois depuis 20 ans et 7 543 jours, l’ASSE remporte le derby à domicile. Sur la pelouse, le banc et en tribunes, l’ensemble du peuple vert exulte. Christophe Galtier lève les bras, se tape la poitrine. Le bonheur des Stéphanois présents sur le pré, contraste avec l’abattement de leurs adversaires du soir, plongés dans une torpeur qui n’a d’égale que l’euphorie stéphanoise. Philippe Gastal, historien du club et directeur du musée, en profite pour récupérer le ballon du match, nouvelle relique du lieu de mémoire.

Après cinq minutes d’allégresse dispersée aux quatre coins de Geoffroy-Guichard, les Verts se massent dans le rond central et sous la houlette de Fabien Lemoine, micro en main, lancent une assourdissante joute de kops. « La tribune tremblait sous nos pieds tellement l’ambiance était forte », se targuent aujourd’hui certains supporters.

Romeyer avait sa chemise fétiche

En tournée dans tout Geoffroy-Guichard, les mélomanes vont poursuivre leur récital dans le vestiaire. Après quelques minutes d’accolades nourries, le groupe se cercle et sous l’impulsion du maître de cérémonie, Florentin Pogba, tonne le chant de la victoire.

Roland Romeyer embrasse ses joueurs, qui vont lui rendre toute son affection, en l’arrosant à loisir. Le co-président de l’ASSE est paré de sa chemise de gala, étrennée lors de la saison 2007-2008, de sortie à Gerland en mars dernier (1-2) et floquée « Nous sommes des guerriers ». Il s’extirpe d’une habile pirouette : « Il n’y en aura pas plus (de prime de match), car il va falloir que j’amène mes affaires au pressing ».

Une banderole des Magic Fans à l’Etrat

Une séance de cryothérapie et des bains d’eau glacée plus tard, les joueurs se rendent alors à l’Etrat pour un dîner d’après-match. « Un repas collectif, comme après chaque match quand on joue tous les trois jours (mercredi à Montpellier, ndlr). Rien de plus », nous a confié Christophe Galtier. L’occasion pour les Magic Fans de témoigner de leur bonheur en déployant une banderole « Merci », dans le centre d’entrainement.

Du côté de l’OL, les supporters ont eu plus de mal à trouver Tola Vologe. Pas une âme pour accueillir Gonalons & co, qui ont éprouvé les plus grandes difficultés à trouver le sommeil. Certains n’ont même pas fermé l’œil de la nuit. Une déroute pas plus évidente à digérer dans l’encadrement. « C’est une faillite collective (…) et une bonne dose d’humilité qui nous tombe dessus », confessait Hubert Fournier, largement rejoint par d’autres cadres ce lundi matin. Jean-Michel Aulas, lui, se voulait plus taquin sur Twitter dimanche : « Victoire des Stéphanois ce soir. Une en 20 ans, je signe pour une nouvelle victoire en 2034 ! » D’ici là, les deux clubs pourraient s’être affrontés une bonne quarantaine de fois. Et gageons que Stéphanois comme Lyonnais ont déjà pris date le 18 avril prochain, pour une nouvelle représentation.

Jérémy Bilinski avec EJ