RMC Sport

Chedjou : « On va jouer le titre avec l’OM et Lyon »

-

- - -

Le défenseur lillois revient sur une journée qui n’aura pas été très favorable au Losc. Mais il refuse d’abdiquer et affirme que la fin de saison sera un match à trois. Pour une fois qu’un Lillois avoue jouer le titre !

Aurélien Chedjou, Marseille revient à un point de Lille après sa victoire à Montpellier (2-1). La fin de saison se complique sérieusement pour le Losc…

Pourquoi croyez-vous que ça va être compliqué uniquement pour Lille ? L’écart se resserre, c’est sûr. Mais ça va être compliqué pour tout le monde. Marseille, Lyon ou Lille. On n’a pas trop de pression. Mais c’est chiant de laisser des points en route, comme on l’a fait à Monaco (0-1) et samedi à domicile face à Bordeaux (1-1).

Comment vit le groupe lillois après ces deux matches sans victoire ?

C’est clair que ce n’est pas plaisant de laisser des points sur le chemin alors qu’on est dans la dernière ligne droite du championnat. Mais ce n’est pas pour autant que l’ambiance dans le vestiaire n’est pas bonne. On est une bande de potes, on s’entend super bien. C’est sûr que quand on ne gagne pas, c’est rageant. On est des compétiteurs. Mais ça ne plombe pas l’ambiance. Le vestiaire vit bien, il n’y a pas de souci. Quand j’entends les commentaires à gauche et à droite, on dirait qu’on est descendus à la 10ème place ! On est encore premiers aujourd’hui. Il reste encore 21 points à distribuer et on laissera encore des plumes. Je ne le souhaite pas, mais d’autres équipes comme Lyon et Marseille laisseront des plumes aussi. Et il reste aussi le Lyon-Marseille à jouer.

Qui est votre favori pour le titre ?

Je n’ai pas envie de dire un truc qui me sera préjudiciable. Sur l’expérience, Marseille et Lyon sont plus armés que nous. On produit un peu moins de jeu que lors de la première partie du championnat. Il faut aussi dire que Gervinho nous a manqué contre Bordeaux, même si Pierrot [Pierre-Alain Frau, ndlr] a fait une bonne partie. J’espère que Marseille et Lyon auront aussi leurs moments difficiles. Si je disais qui était mon favori, ça serait prétentieux, parce que derrière nous il y a deux grosses écuries européennes. Ils ont l’expérience des grandes compétitions, mais on ne va pas lâcher le morceau et on verra ce que ça donnera à la fin. Sans manquer de respect à Paris ou à Rennes, je crois que ça se jouera entre nous trois.