RMC Sport

Chez les Gourcuff, c’est une question d’habitude

Christian Gourcuff

Christian Gourcuff - -

Quatre jours après avoir signé à Lyon, Yoann devrait étrenner son nouveau maillot à Lorient, le club de son père Christian. En quatre confrontations, le Lyonnais a gagné à trois reprises et perdu qu’une seule fois.

Yoann Gourcuff n’est pas près de l’oublier. Pour son arrivée à l’OL, le milieu de terrain a eu droit à une présentation à l’espagnole. Entre 12.000 et 15.000 personnes pour l’acclamer dans les tribunes de Gerland.
Aujourd’hui, le destin ramène le nouveau Lyonnais à la réalité un peu plus terre-à-terre de la Ligue 1. Un destin d’ailleurs assez facétieux : pour sa première sortie sous le maillot lyonnais, Gourcuff retrouve la pelouse - synthétique - de Lorient, où son père Christian est entraîneur depuis 2003. « C’est une coïncidence bizarre, concède-t-il. Emotionnellement, ce n’est pas forcément agréable de jouer contre mon père. »
L’ancien Bordelais commence à savoir de quoi il parle. Depuis son retour en France il y a deux ans, il a déjà eu l’occasion de rencontrer le club de son père à quatre reprises. Pour trois victoires et une défaite. « Sur le plan émotionnel, ce n’est pas forcément agréable à vivre, glisse Christian, dont les déclarations ressemblent presque mot pour mot à celles de son fils. Ça ne va pas être simple, mais ça fait partie de son expérience. Il faut faire abstraction de ces aspects privés. »

Enorme pression

Présent dans le groupe de Claude Puel – au même titre que Lisandro – Yoann Gourcuff n’est pas certain de débuter la rencontre. Mais tout porte à croire qu’il devrait au moins en disputer quelques minutes. « Pour l’instant, je n’y suis pas encore, admet-il. Il faut y aller petit à petit et prendre contact avec le staff et mes nouveaux coéquipiers. »
Le néo-Lyonnais se sait attendu. Quand on pèse plus de 22 M€ d’indemnité de transfert et qu’on reste sur une Coupe du monde et une dernière saison ratées, la pression est énorme. « L’OL, c’est son choix, estime Christian. Dans cette mesure-là, c’est forcément un bon choix. Dans le football, il y a le côté affectif. C’est une valeur fondamentale. Même si je n’ai pas mon mot à dire, je l’encouragerai toujours à faire ces choix-là. »
Ce soir, c’est pourtant une valeur que les Gourcuff père et fils laisseront de côté. Sans état d’âme.

Clément Zampa (avec E. J. à Lyon et P.-Y. L. à Lorient)