RMC Sport

Clermont-Brest: Gastien coupable d'insulte raciste contre Slimani? Deux versions s'opposent

Le match entre Clermont et Brest a été marqué par les accusations d’Islam Slimani, ce dimanche, lors de la 12e journée de Ligue 1 (1-3). L’attaquant algérien assure que Johan Gastien lui a lancé une insulte raciste durant la rencontre, ce dont se défend le capitaine du club auvergnat.

Il a couru vers le quatrième arbitre en plein match pour l’interpeller. "Il m’a dit: ‘sale arabe’", a répété Islam Slimani à deux reprises en s’adressant à l’officiel au bord de la pelouse, ce dimanche, lors de Clermont-Brest en Ligue 1 (1-3). Un signalement qui n’a donné lieu à aucune décision arbitrale. De quoi agacer l’attaquant algérien du Stade Brestois, qui accuse Johan Gastien de lui avoir adressé une insulte raciste sur le terrain. Ce dont se défend le capitaine clermontois.

"C’est grave d’entendre ça", s’insurge Slimani

"Je trouve que c'est grave de nos jours de se faire traiter de sale blédard, a déclaré Slimani après la rencontre. Moi, je suis fier d'être blédard. Ce n'est pas donné à tout le monde d'être algérien. Si en Ligue 1, avec toutes les caméras, tu te fais insulter de sale blédard, c'est grave. C'est le capitaine. C'est grave d'entendre ça, parce que même lui a beaucoup de joueurs africains qui jouent avec lui."

Relancé au sujet du démenti de Gastien, Slimani a maintenu son accusation: "Moi, je ne suis pas fou. Ça fait deux ou trois ans que je suis en Ligue 1, je n'ai jamais dit ça. Les gens disent que ce n’est pas vrai. Mais je trouve que c'est grave que des trucs racistes comme ça existent en Ligue 1. Moi, je l'ai entendu. Après, il faut plus se concentrer sur la victoire. Les trucs comme ça, ça ne m'atteint pas. C'est juste grave d'entendre des trucs comme ça."

"Jamais je ne dirais ça", assure Gastien

Dans la foulée, Johan Gastien s’est défendu de tout dérapage raciste. En remettant en cause la version de Slimani: "Il n'y a pas que des joueurs intelligents sur le terrain, c'est regrettable. De la part d’un mec qui a 500 matches professionnels, ça m'emmerde un peu. Quand ça parle mal, c'est sur le terrain. Il dit beaucoup de choses. Ce qui me rassure, c'est qu'il y a mes collègues de Brest à côté, qui disent qu'il n'est pas très net non plus. Moi, je suis tranquille dans ma peau. Je ne lui ai pas dit ‘sale arabe’, jamais de la vie je ne dirais ça. Le problème c'est que dans cette histoire, c'est moi qui passe pour un con. Mais je sais ce que j'ai dit."

"Mes collègues ont aussi entendu ce qu'il s'est passé, a-t-il complété. Quand lui il insulte, c'est toujours plus facile. Pas de souci, je sais qu'à chaque match c'est comme ça. C'est le jeu. Mais c'est regrettable parce que ça va me faire passer pour un con. Je n’aime pas ça. Je sais comment ça se passe après sur les réseaux. Je sais que ça fait partie du foot même si je n'ai pas la mémoire courte, je saurai m'en souvenir. Honnêtement, je suis touché, j'ai les larmes aux yeux, parce que je défends des choses qui sont contre ça".

Alexandre Jaquin avec Damien Tardieu