RMC Sport

Comment l’OM aborde son passage devant la DNCG

Margarita Louis-Dreyfus et Vincent Labrune

Margarita Louis-Dreyfus et Vincent Labrune - AFP

L’Olympique de Marseille, qui passe devant la DNCG ce mercredi, est dans une situation financière compliquée, comme la majorité des clubs français. Mais l’horizon phocéen devrait s’éclaircir en juin 2016. Explications.

Vincent Labrune ne sait pas encore avec certitude quels joueurs il vendra cet été. Mais le président de l’OM a une idée très précise de la deadline à laquelle il est confronté et du montant de ventes qu’il veut atteindre. Comme tous les clubs français, l’OM clôturera ses comptes le 30 juin prochain. Et il sera déficitaire. Mais dans l’idéal, le club olympien espère récupérer entre 15 et 20 millions d’euros d’ici à la fin du mois pour limiter la casse. « Que ce soit sur un ou plusieurs transferts », c’est la priorité actuelle des dirigeants marseillais. 

Vendre Imbula est une priorité

La vente de Giannelli Imbula pourrait permettre, à elle seule de s’approcher de l’objectif. Les décideurs de l’OM ont joué carte sur table avec le joueur et son entourage, en leur expliquant qu’il était nécessaire de s’en séparer pour le bien des finances olympiennes. Le FC Valence est intéressé. Selon nos informations, le père du milieu de terrain de 22 ans a récemment rencontré les dirigeants valencians en Espagne. La perspective de jouer en Liga attire réellement Imbula. L’Angleterre lui ferait aussi les yeux doux. Une offensive de Chelsea ou un deal avec Tottenham - incluant Benjamin Stambouli - ne sont pas à exclure.

Si l’OM ne parvient pas à vendre l’international Espoirs rapidement, il devra alors multiplier les « petites » ventes de joueurs à moindre valeur marchande. Steve Mandanda, Nicolas Nkoulou ou Alaixys Romao, ont deux points communs : ils sont tous les trois en fin de contrat dans un an et ont donc un bon de sortie si une offre intéressante arrivait sur la table des dirigeants marseillais.

Margarita Louis-Dreyfus sera présente devant la DNCG

Car Vincent Labrune ne veut pas avoir à redemander de l’argent à Margarita Louis-Dreyfus, qui avait déjà mis 18 millions d’euros dans la trésorerie du club l’an passé. Même si l’actionnaire de l’OM sera, selon nos informations, présente ce mercredi devant la Direction nationale de contrôle de gestion (DNCG). « Sa présence est symboliquement importante et rassurante », confie un proche du club mais « MLD » ne mettra pas la main à la poche. L'OM fera l'effort de conserver Marcelo Bielsa mais aucune folie n'est prévue sur le marché de transferts. Le quatrième de Ligue 1 veut prouver qu’il peut se passer du chéquier de son actionnaire et ainsi montrer que tous les voyants ne sont pas au rouge dans la maison olympienne. 

Même si l'OM rêvait d’une qualification en Ligue des champions pour remettre les finances à flot, il avait d’abord budgétisé une cinquième place, par sécurité. L'OM a ensuite augmenté, cette saison, ses recettes de sponsoring (+ 5 M€), de billetterie (+15 M€) et pourra compter sur les retombées d’une qualification pour la Ligue Europa (revenus UEFA et recettes au Stade Vélodrome). Enfin, la baisse de la masse salariale (grâce notamment aux départs d’Ayew, Gignac et Fanni), la possibilité de vendre dans le futur des jeunes joueurs et l’augmentation des droits TV sur la période 2016-2020 offrent aussi de belles perspectives et un horizon financier plus serein. 

Un budget de 120 M€ la saison prochaine

En attendant, l’OM est en train de tirer, en interne, les leçons de deux années consécutives sans terminer sur le podium. Avec une question : est-ce bien raisonnable de faire de la Ligue des champions une obsession alors que s’y qualifier devient de plus en plus aléatoire (hégémonie du PSG, concurrence de Monaco et Lyon, 3e place sans garantie d’y participer) ?

A la rentrée, l’OM devrait donc adopter un discours plus prudent et assumer un budget et une ambition sportive plus en phase avec la Ligue Europa qu’avec la Ligue des champions. En résumé, jouer la Ligue Europa à fond. Et prendre une éventuelle qualification pour la C1… comme un bonus économique et non comme une obligation. Selon nos informations, l’OM présentera d’ailleurs ce mercredi à la DNCG un budget compétitif, qui avoisinera les 120 millions d’euros, soit une hausse de 15 millions d'euros par rapport à la saison dernière.

Florent GERMAIN