RMC Sport

Courbis, Gourcuff : Nicollin sort de sa réserve

Louis Nicollin, le président de Montpellier

Louis Nicollin, le président de Montpellier - AFP

Deux défaites en deux matchs et voilà Montpellier bon dernier de Ligue 1. Dans les colonnes du Midi Libre, Louis Nicollin, déjà en forme, revient sur le mauvais début de saison de son équipe et sur l’épineux dossier Yoann Gourcuff.

Après sa défaite à domicile face à Angers (0-2), Montpellier s'est à nouveau incliné le week-end dernier à Rennes (0-1) et reste lanterne rouge de Ligue 1. Sans avoir inscrit le moindre but. Un début de saison inquiétant pour les hommes de Rolland Courbis, qui accueilleront vendredi soir le PSG pour le compte de la troisième journée de Ligue 1. Une rencontre face à l’ogre parisien que Louis Nicollin appréhende. « J’ai peur, concède le président héraultais dans le Midi Libre. J’ai peur qu’on prenne une tannée. Mais peut-être que les joueurs ne voudront pas passer pour des comiques. »

Et Louis Nicollin n’hésite pas à piquer son entraîneur, Rolland Courbis. « Je me fais du souci mais pour le moment je ne dis rien, explique-t-il. Je ne virerai personne ça coûte trop cher. Ou alors à la Bielsa : ‘‘Démissionne’’. C’est peut être une idée que je donne à Courbis (rires). » ‘‘Coach Courbis’’ avait déjà plaisanté sur le sujet après la défaite contre Angers. ‘‘Loulou’’ lui rappelle aussi que les matchs amicaux peuvent servir… « J’adore Courbis mais son idée de ne pas vouloir faire des matches amicaux… Il faut être barjot pour ne pas avoir fait de matches amicaux. On aurait vu nos carences et on aurait pu les gommer. »

« Gourcuff ? Si c'était une belle gonzesse avec de belles jambes… »

Quant à Yoann Gourcuff, si Louis Nicollin ne nie pas qu’il est intéressé, il n’entend pas non plus lui courir après. « Pas de nouvelles, regrette-t-il dans le Midi Libre. J'ai simplement dit à son agent : ‘‘Si tu veux qu'il soit à nouveau international, il faut qu'il signe à Montpellier’’. Maintenant, je ne vais pas lui courir après. Si c'était une belle gonzesse avec de belles jambes, peut-être... » En revanche, pour un attaquant, Louis Nicollin ferme la porte. « D’attaquant il n’y en aura pas, Courbis n’en voulait pas, souligne le président de Montpellier. Faut pas me prendre pour un con. Parce que ne rêvez pas, on va finir la saison à plus de 10 bâtons. Et quel est le con qui va les donner ? »

SM avec JL