RMC Sport

Cris racistes à Dijon: le suspect a déjà été suspendu de stade

Le supporter de Dijon arrêté vendredi, pour avoir proféré des cris racistes à l’encontre du défenseur d’Amiens Prince Gouano, avait déjà été suspendu de 45 jours de stade par le club bourguignon pour des faits de violence en mars 2017.

Prince Gouano, le défenseur d’Amiens, a été victime de cris racistes en plein match vendredi soir à Dijon. Le supporter, rapidement identifié par le joueur puis les services de sécurité dijonnais, a été arrêté dans la foulée. L'homme, alcoolisé au moment des faits (0.5 g/litre de sang, selon une source policière) a été placé en garde à vue dès vendredi soir, après avoir été extrait de la tribune nord par la sécurité du stade.

A lire aussi >> Dijon-Amiens: le récit glaçant de Prince Gouano

Connu des services de police

La tribune nord, vers laquelle le capitaine amiénois Prince Gouano s'est dirigé, est celle où se trouve le groupe des "Lingon's Boys", les ultras de Dijon, dont se serait réclamé le suspect lors de son interpellation.

Il a vite été identifié, reconnu formellement par l'un des stadiers, car son nom et son visage ne sont pas inconnus de la sécurité du club. En mars 2017, il a été sanctionné par le club de Dijon, qui lui a interdit de venir au stade pendant 45 jours pour des faits de violences, car il était impliqué dans une bagarre dans les tribunes.

L'homme, né en 1997, ferait donc partie des ultras de Dijon selon plusieurs sources et serait aussi connu des services de police pour des faits mineurs (conduite sans permis).

Le parquet de Dijon a ouvert une enquête en flagrance. Olivier Delcourt, le président du club dijonnais nous a dit avoir porté plainte dès vendredi soir. La Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) envisage de se constituer partie civile, conjointement avec la LFP.

PL avec Gwladys Laffitte