RMC Sport

De Tavernost : « On a pris des risques »

Nicolas De Tavernost

Nicolas De Tavernost - -

La première pierre du nouveau stade de Bordeaux, qui pourra accueillir 42 000 personnes à partir de l’été 2015, a été posée ce lundi midi. L’occasion pour Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6, l’actionnaire majoritaire des Girondins, de défendre un projet onéreux mais qu’il juge indispensable.

Nicolas De Tavernost, pourquoi vous être lancé dans ce projet de nouveau stade ?

Sans équipement correct, ce club ne peut pas tenir la distance. On voit que les droits télévisuels ne vont pas augmenter dans les mêmes proportions que ce que nous avons connu ces dernières années. Si on veut se maintenir parmi les cinq ou six premiers budgets de France, nous avons besoin d’un équipement à la hauteur. Aujourd’hui, c’est le point de départ irréversible pour un stade qui devrait arriver mi-2015. C’est un bel événement pour Bordeaux, l’Aquitaine et tous les Girondins. Il nous reste deux ans à tenir et ces deux années vont être difficiles parce que les conditions économiques ne sont pas évidentes. Mais on a des perspectives avec ce nouvel instrument.

Avez-vous hésité à vous engager financièrement ?

Bien sûr qu’on a hésité. On a regardé les choses avec beaucoup d’attention. C’est pour ça que la négociation a été difficile et longue avec le maire de Bordeaux, qui défendait sa ville. Mais il ne faut pas rater les occasions quand elles se présentent. L’Euro 2016 était un atout puisque l’Etat et les collectivités territoriales se sont engagés sur un plan de dix nouveaux stades. Il fallait que Bordeaux prenne ce train. C’est pour ça qu’on a fini par s’entendre et qu’on a pris des risques. C’est un gros effort financier pour le club et son actionnaire car je rappelle que nous garantissons les loyers (3,85 M€ sur 30 ans, ndlr), en plus des 20 millions d’euros que nous apportons. Le club est en déficit significatif depuis deux ans et M6 maintient un bon train de vie aux Girondins. Ce stade s’inscrit dans cette perspective.

Et que se passerait-il si M6 se désengageait du club ?

Nous avons garanti des loyers et il n’est pas question que M6 quitte le club. Généralement, cette question arrive un peu avant le printemps... Là, ça vient un peu plus tard et je vous réponds que nous serons là la saison prochaine. Il n’y a pas de raison que les loyers ne soient pas payés. Vous n’avez aucune inquiétude à vous faire. Mais il faut que tout le monde mouille la chemise : les collectivités territoriales, qui le font, l’actionnaire, le club et les joueurs.

A lire aussi :

>> Les écologistes pas fans du nouveau stade

>> Gillot se voit entraîner dans le nouveau stade

>> Triaud absent pour la pose de la première pierre