RMC Sport

Des arbitres de National en Ligue 1 !

Saïd Ennjimi et les arbitres professionnels d'arbitreront pas la 26e journée de L1 de ce week-end

Saïd Ennjimi et les arbitres professionnels d'arbitreront pas la 26e journée de L1 de ce week-end - -

Les rencontres de la 26e journée de Ligue 1, ce week-end, vont être dirigées par un corps arbitral issu du National. Une situation surréaliste et inédite qui fait suite au conflit latent qui oppose les arbitres, les clubs, et les instances.

La journée de vendredi restera dans les annales du football français. Pour la première fois de son histoire, à l’occasion de la 26e journée de Ligue 1, la Fédération française de football a suspendu ses trios d’arbitres prévus pour diriger les matches du week-end pour les remplacer par des arbitres de National. « Une situation rocambolesque », s’est exclamée Chantal Jouanno, la ministre des Sports.
Cette mesure radicale répond au coup de force des arbitres professionnels survenu quelques heures plus tôt. Le SAFE, le syndicat des arbitres, avait annoncé que toutes les rencontres de Ligue 1 débuteraient avec quinze minutes de retard pour, selon un communiqué, protester contre les « actes témoignant d’un mépris profond des arbitres par tous les acteurs du football ».
Ces dernières semaines, la tension était en effet montée d’un cran. Après un match à Valenciennes (0-0, 25e j.), Christian Gourcuff, l’entraîneur de Lorient, s’en était pris à M. Thual, « coupable » d’avoir expulsé Coquelin. « C'est une aberration, une insulte au jeu qui a des conséquences sur le match. Tant que les arbitres n'auront pas d'intelligence et de discernement, on sera toutes les semaines confronté à ce type de situation. »
Coutumier des sorties musclées, Jean-Louis Triaud, le patron des Girondins, dénonçait, lui, la responsabilité de l’arbitrage après la blessure de Yoan Gouffran lors de Bordeaux-Caen (1-2, 23e j.). « Encore une fois, Monsieur Ennjimi n'a pas maîtrisé son sujet... Et pour la énième fois, quand il arbitre Bordeaux, ça se passe mal pour nous. Donc, je tiens solennellement à dire que je ne souhaite plus le voir arbitrer un match de Bordeaux. »

Les arbitres de Ligue 2 font de la résistance

Les arbitres regrettent également la mansuétude de la commission de discipline de la Ligue qui n’a donné que du sursis aux huit dossiers étudiés, depuis le début de la saison, par la commission d’éthique.
L’initiative des arbitres a évidemment mis le feu aux poudres. Le président de la Ligue de football professionnel, Frédéric Thiriez, avait été le premier à monter au créneau, en menaçant la FFF, employeur des arbitres, de réclamer des réparations en cas de retard. « On rémunère cher ce service pour 11 M€ par an, je ne peux pas tolérer qu’on subisse un préjudice », assène Thiriez.
La Fédération française, qui est également en conflit financier avec ses arbitres qui souhaitent récupérer une partie du gâteau du contrat Nike, a donc répondu rapidement en débauchant les arbitres de National. En mesure de rétorsion, les arbitres de Ligue 2 ont retardé, ce vendredi soir, les coups d’envoi des matches de la 26e journée d’une demi-heure. Reste à savoir qui arbitrera les matches de dimanche, notamment le choc de la 26e journée Marseille-Lille. La désignation doit avoir lieu dans la journée de samedi.

Louis Chenaille (avec J.R, L.B. et G.Q.)