RMC Sport

Des Girondins aux abois ?

Mathieu Chalmé

Mathieu Chalmé - -

Après une première partie de saison mitigée, les dirigeants bordelais, sous la pression de leurs joueurs, font feu de tout bois afin de renforcer leur secteur offensif. Une qualification en Ligue des champions est à ce prix.

Rarement l’hiver n’aura été aussi agité à Bordeaux. Depuis plusieurs jours, les Girondins multiplient les pistes dans l’espoir de renforcer leur secteur offensif. Pour attirer la perle rare, les dirigeants ont mis beaucoup d’argent sur la table. Plus que ce qu’ils n’envisageaient au départ. En proie à de réelles difficultés financières, le club aquitain n’avait pas prévu de recruter au mercato. Mais face aux prestations décevantes des joueurs de Jean Tigana, seulement 8es de L1, les dirigeants girondins ont dû revoir leurs plans. Histoire ne pas laisser s’envoler la Ligue des champions, objectif avoué et indispensable à l’équilibre budgétaire.
L’absence de Coupe d’Europe cette saison avait déjà fait grincer des dents en interne. Et le faible rendement des recrues estivales (Modeste, Maazou, Ben Khalfallah, Savic) n’incite guère à l’optimisme. Les cadres du vestiaire, Alou Diarra et Cédric Carrasso en tête, sont récemment montés au créneau pour réclamer du renfort. Anthony Modeste a lui-même confié qu’il n’était « pas performant » et qu’ « il fallait recruter ».

Un message qui semble avoir été entendu. « C’est une bonne chose, se réjouit Fernando. Des renforts sont toujours les bienvenus. On aurait dû se renforcer l’été dernier avec des joueurs expérimentés. On ne l’a pas fait. J’espère que là ça sera le cas. » Un espoir partagé par Mathieu Chalmé. « Aujourd’hui, il y a des équipes meilleures que nous, reconnaît le latéral droit. On a un effectif de qualité mais il est encore jeune. A un moment donné, quand les dirigeants nous demandent la Ligue des champions, on leur répond qu’il faut être réaliste. Je pense qu’on peut être européen. Mais un attaquant de haut niveau nous ferait énormément de bien. Ça profiterait aux jeunes. C’est ce qui nous manque à l’heure actuelle. »

Fernando : « On aurait dû se renforcer l’été dernier »

Dans cette optique, le Lorientais Kevin Gameiro est ardemment courtisé. Mais pour l’heure, il privilégie un départ à Valence, en Espagne. « Chacun a des intérêts différents, glisse Fernando. Je ne sais pas si, aujourd’hui, Kevin mise sur le côté footballistique ou économique. On ne connaît pas l’offre de Valence. Mais si son objectif est de progresser, parce qu’il est encore jeune (23 ans), il va choisir Bordeaux. Ça lui permettrait de rester sous les yeux de Laurent Blanc (le sélectionneur des Bleus ndlr). »
En attendant, malgré l’urgence de la situation (le mercato se termine le 31 janvier), les Bordelais semblent sereins. « J’ai confiance en mes dirigeants. Ils se sont rarement trompés », assure Chalmé. « On ne panique pas, appuie Fernando. Si quelqu’un arrive, c’est très bien. Sinon, on a de la qualité. Pour l’instant, nos objectifs sont encore jouables. » Reste à savoir s’ils le seront encore dans quelques semaines…

Alexandre Jaquin avec Olivier Schwarz, à Bordeaux