RMC Sport

Deschamps : « Monaco me fait de la peine »

-

- - -

Ancien entraîneur du club de la Principauté, qu’il a mené jusqu’en finale de la Ligue des champions en 2004, le technicien marseillais ne se réjouit pas des difficultés rencontrées actuellement par l’ASM, adversaire de l’OM ce dimanche soir au stade Louis-II (21h) en clôture de la 21e journée de championnat.

Didier Deschamps, l’AS Monaco connaît une période de turbulences en interne. Est-ce rassurant pour l’OM ?

C’est leur problème. Nous n’avons pas le choix. Le changement d’entraîneur (Laurent Banide a remplacé Guy Lacombe, ndlr), les arrivées, les départs, officiels ou officieux, c’est leur quotidien. On va affronter une équipe qui n’est pas bien au classement (19e avant le coup d’envoi de la 21e journée) et qui a besoin de points. Mais nous aussi, nous en avons besoin. Comme d’habitude, il y aura beaucoup de supporters marseillais à Louis-II. Concentrons-nous sur notre sujet afin d’aller chercher la victoire.

Les difficultés de l’AS Monaco, premier club que vous ayez entraîné, ne doivent pas vous laisser indifférent…

Ça me fait de la peine. J’ai passé plus de quatre ans là-bas (de 2001 à 2005, ndlr). J’y ai connu des moments difficiles mais aussi des moments de bonheur. Ce club m’a permis d’acquérir une crédibilité en tant qu’entraîneur. Le voir lutter pour rester en Ligue 1 ne me fait pas plaisir. Même s’il y a certainement des raisons pour expliquer une telle situation, c’est dommage. Il y a tout pour que Monaco soit un bon club français.

« Des personnes influentes qui ne pensent pas à l’intérêt du club »

Comment expliquez-vous ces difficultés ?

Comme chaque équipe, Monaco a ses spécificités. L’année où nous sommes allés en finale de Ligue des champions (2004, défaite 3-0 contre Porto, ndlr), j’ai eu la chance d’avoir un président, Pierre Svara, qui était à l’écoute et qui n’avait aucun intérêt personnel. Il aimait le club. Je ne dis pas que Monsieur Franzi (l’actuel président de l’ASM, ndlr), qui est quelqu’un de bien, a des intérêts personnels. Mais il y a des personnes influentes qui ne pensent pas à l’intérêt du club. Du coup, ça va un peu dans tous les sens. Cette instabilité a été un problème. Il y a eu beaucoup de changements ces dernières années.

Avec la blessure de Valbuena et la suspension de Brandao, vous devez réorganiser votre attaque. Savez-vous comment vous allez jouer à Monaco ?

Oui. J’ai eu toute la semaine pour réfléchir. L’animation sera différente. Il y a plein de solutions.

Loïc Rémy devrait être titulaire. Comment jugez-vous son début de saison ?

Ça n’a pas été facile pour lui. Il découvre un autre monde avec des exigences plus élevées. N’oublions pas que sur un plan émotionnel, il a connu quelques petits problèmes au niveau cardiaque. Cette première partie de saison va le servir. La qualité, il l’a. Il lui reste à franchir des étapes. Il est encore jeune en termes d’expérience internationale. Il a un gros potentiel. A lui de l’exprimer au maximum.

F.Ge.