RMC Sport

Deschamps, Tigana : une vie à Cassis

-

- - -

Les deux hommes ne sont pas les meilleurs amis du monde, mais ils ont un point commun : le village côtier de Cassis, à 20km de Marseille, lieu de « retraite » de Jean Tigana et celui de résidence de Deschamps depuis qu'il est à l'OM. Reportage.

« C’est là où je prendrai ma retraite, dans les vignes. » Quand il en parle, Jean Tigana a le sourire aux lèvres, l’air presque rêveur. Comme Didier Deschamps, qui y possède une villa, l’entraîneur de Bordeaux est très attaché au village de Cassis, situé à une vingtaine de kilomètres de Marseille.

Là-bas, chacun a ses petites habitudes. Tigana est un adepte du bar ‘Le Cendrillon’, près du Vieux-Port, face à une petite place où on s’adonne à la pétanque. Dès qu’il le peut, il joue aux cartes et au yam avec ses amis, Bernard Pardo ou encore Marcel Dib. « Il a appris récemment à y jouer et c’est un très grand passionné, raconte Daniel, l’un de ses amis d'enfance. Dès qu’il a une journée, il prend l’avion et il vient. C’est un très mauvais perdant, surtout si on le ‘fauche’ un peu. Quand il perd, on le prend en photo, on le taquine et on se moque de lui. Ça ne lui plaît pas trop… »

Sur les hauteurs de Cassis, Jean Tigana possède aussi des vignes, où il produit « La Dona Tigana », des Cassis Rosé et Blanc. En son absence, c'est son fils Yannick qui gère les affaires. Mais ses vins et sa vie privée, le coach bordelais n’aime pas vraiment en parler. « Vivons heureux, vivons cachés » semble être sa devise…

Deschamps : « Je ne l’ai jamais vu, je ne bois pas de vin »

Voilà sans doute pourquoi Didier Deschamps n’a jamais eu l’occasion de le croiser. « Je sais qu’il y est, mais je ne l’ai jamais vu, révèle-t-il. On ne doit pas avoir les mêmes horaires. Et puis je ne bois pas de vin ! » Contrairement à son homologue bordelais, l’entraîneur marseillais quitte assez peu souvent sa villa pour se rendre dans le centre. C’est en revanche un habitué de ‘La Caille d'Or’, un traiteur de Cassis, chez qui il se rend avec Jean-Pierre Bernès, également du coin. Le plat préféré de Deschamps ? Le ris de veau à l'ail et au persil...

Pour Deschamps, pas de cartes ni de pétanque, mais plutôt du padel, un mélange de tennis et de squash, au-dessus de la calanque de Port-Miou, avec une vue imprenable sur le Cap Canaille. « Une fois qu’il est sur le court, il se casserait un bras pour ne pas perdre un point, souligne le patron du club, Jacky Barnault. C’est un ‘super-gagneur’. Souvent, il se blesse, ou il tombe. Mais il me dit : ‘J’ai besoin de ça’. Il doit déstresser. »

Parmi les habitués, on compte aussi Sabri Lamouchi, Hicham Arazi, mais aussi… Yannick Tigana. Cassis n’est finalement qu’un gros village de 8 000 habitants. Quant à savoir comment le nom « Cassis » se prononce, la question reste ouverte. « C’est le grand débat, sourit Jean Tigana. En provençal, on prononce le ‘s’ final et en français, non. » S’il le dit…