RMC Sport

Di Meco : « L’OM, des choses inquiétantes »

Eric Di Meco

Eric Di Meco - -

Pour Eric Di Meco, membre de la Dream Team RMC Sport, il n’est pas encore temps de parler de crise à l’OM. Mais s’il s’attendait aux difficultés des Marseillais en Ligue des Champions, il reconnait que certaines de leurs attitudes le gênent.

Eric Di Meco n’est pas surpris par les trois défaites concédées par l’OM en Ligue des Champions, après le nouveau revers face à Naples (1-2), mardi lors de la troisième journée. Mais l’ancien joueur marseillais, membre de la Dream Team RMC, assure que la réception de Reims, samedi, aura plus de signification en cas de contre-performance. « Avant le début de la Ligue des Champions, je disais que terminer troisième du groupe, ce serait un miracle pour l’OM. On ne peut pas dire que perdre contre toutes ces équipes (Arsenal, Dortmund et Naples) veut dire quelque chose. Tout le monde s’en doutait. L’exploit, c’est de gagner un match dans ce groupe.

Si on part du principe que cette Ligue des Champions était injouable et qu’il n’y avait pas beaucoup d’espoirs, ce n’est pas sur ce match que je crains une crise. C’est sur le match de samedi (face à Reims, ndlr). S’ils gagnent contre Reims, le tableau de marche sera respecté, en revenant vers la troisième place et affichant une moyenne de deux points par match. C’est un tableau de marche de « champion de France » mais pas quand il y a Monaco et le PSG qui marchent sur l’eau. C’est un tableau de marche de troisième. »

L’ancien international français s’inquiète en revanche de certaines attitudes qui tranchent avec la solidarité collective affichée la saison dernière. « J’ai vu des choses qui peuvent être inquiétantes sur le terrain. J’ai vu André Ayew et Valbuena avoir des petites attitudes quand le ballon ne venait pas. L’an dernier, ça ne se voyait pas. L’année dernière, on vantait les qualités morales de cette équipe, sa cohésion et solidarité qui ont apporté beaucoup de résultats avec un jeu moyen-bon. S’il n’y a plus ça, ça peut vite partir en vrille. Il y a en plus l’histoire entre Gignac et Baup. J’attends avec impatience le match de samedi. Si les Marseillais gagnent contre Reims, dans un match qui sera difficile face à une équipe solide, ce sera fini, on en parle plus. »

A lire aussi :

>>> Anigo : « Baup ne joue pas sa tête »

>>> En vidéo : l'étrange chute de Valbuena

>>> Cet OM est trop petit pour l’Europe...

Moscato Show