RMC Sport

Di Meco : « Laurent Blanc est fragilisé »

-

- - -

Alors que les demi-finales de Ligue des champions lui tendaient les bras, le PSG s’est fait surprendre par Chelsea en quart de finale retour (0-2). Et cette élimination écorne sérieusement le bilan jusqu’alors très flatteur de Laurent Blanc.

Pour notre consultant Eric Di Meco, l’élimination du PSG en quart de finale de Ligue des champions porte préjudice à Laurent Blanc, même si l’entraîneur parisien n’a pas à rougir de cette défaite. « Je ne donne pas plus de responsabilité à Laurent Blanc dans la défaite que s’il était s’était qualifié pour les demi-finales. Un entraîneur a autant de responsabilité que ses joueurs. Mais cette défaite le fragilise forcément. Evidemment, le lendemain, tout le monde a fait la comparaison avec José Mourinho. Pour moi, sur la composition d’équipe, il n’y a rien à dire. On aurait tous mis la même. Il ne s’est pas trompé.

Le seul truc qui me gêne, c’est quand j’entends Blanc dire avant le match qu’il va aller à Chelsea pour jouer son jeu. Alors qu’en face, on a un Mourinho double champion d’Europe, multiplie champion dans les pays où il a entraîné, qui sait s’adapter au jeu de son adversaire. Il savait que Verratti et Motta faisaient tout le jeu du PSG, donc il a fait monter des joueurs pour les bloquer. Je me demande pourquoi, après avoir gagné 3-1 à l’aller, il n’a pas fait une équipe pour éviter de se faire monter dessus au milieu. Là, c’était trop facile pour Chelsea. »

« Il n'est plus question des progrès du PSG »

Selon le membre de la Dream Team RMC Sport, malgré la saison jusque-là impressionnante des Parisiens, cette sortie de piste après l’écart créé à l’aller enlève à Blanc une partie de crédit que ses débuts lui avaient offert : « Après ce revers, la question n’est pas de savoir ce qu’on pense du jeu du PSG et des progrès effectués par l’équipe, mais bien les conséquences de cette élimination. Et pour moi, malgré le parcours de Paris en Ligue 1, sa place en est fragilisée. »

A lire aussi :

>> Paris ne s'en est toujours pas remis

>> Leonardo : « Le PSG doit encore gérer ses émotions »

>> Le PSG, autopsie d'un crash en quatre temps

Eric Di Meco