RMC Sport

Di Meco : « Le problème de l’OM ? La communication »

Eric Di Meco

Eric Di Meco - -

Malgré un début de saison poussif, Eric Di Meco défend le recrutement marseillais de l’été. Selon le membre de la Dream Team RMC Sport, les dirigeants de l’OM ont simplement mal communiqué autour de leurs intentions.

La 5e défaite consécutive de l’OM en Ligue des champions, ce mardi à Arsenal (2-0), a réveillé les esprits les plus critiques concernant le recrutement marseillais durant l’été. C’est surtout la volonté de Vincent Labrune de faire de Marseille le « Dortmund français » qui est raillée. Mais Eric Di Meco défend les choix effectués par la direction olympienne : « Quand tu es président d’un club, on t’attend aussi dans la communication de ton recrutement. Et que je sache, quand le recrutement a été fait cette année à l’OM, je n’ai pas entendu beaucoup de critiques. J’ai même entendu que c’était un recrutement plutôt judicieux avec les Thauvin, Imbula, Mendy et Payet. J’ai entendu dire que c’était cohérent. Le seul problème dans cette histoire, c’est la communication.

Car qu’est-ce que l’OM a fait cette année ? Ils ont recruté avec leurs moyens et dans des salaires qui rentrent dans un certain cadre. Quand tu as quatre sous parce que tu joues la Ligue des champions et que tu as décidé de faire baisser ta masse salariale, qui fais-tu venir ? Des jeunes qui ont déjà flambé ou qui vont flamber, qui ne vont pas prendre un gros salaire, c’est-à-dire qui vont émarger à 100 000 euros, ce qui est un petit salaire dans le foot, notamment à l’OM. Vous savez combien ça coûte de prendre un joueur confirmé ? On critiquait quand le club donnait 300 000 ou 400 000 euros à un mec. »

« Quand tu ne donnes que des salaires moyens... »

Le membre de la Dream Team RMC Sport rappelle qu’avec sa situation financière bien loin de celle du PSG, l’OM se doit de tenter des paris en recrutant des jeunes joueurs dans l’optique de les revendre. « Maintenant, l’OM ne peut plus se permettre d’avoir des bons joueurs français qui ont confirmé et qui coûtent un bras, explique-t-il. Donc, tu prends des jeunes, peut-être un peu cher, mais quand tu ne donnes que des salaires moyens, tu recrutes des joueurs en devenir. Et tu espères que sur les trois que tu as pris, il y en ait un qui double sa valeur pour faire une plus-value. Mais l’histoire de construire sur le modèle de Dortmund, c’est de la communication pour expliquer un recrutement inexplicable dans un premier temps. »

A lire aussi :

>> Lemina : « Thauvin est un exemple »

>> Arsenal-OM : Marseille toujours fanny

>> Arsenal-OM : Les notes des Marseillais

Moscato Show