RMC Sport

Diané : « On est vus comme des mauvais joueurs »

"Deux saisons de suite comme celles que nous avons vécues, c'est difficile"

"Deux saisons de suite comme celles que nous avons vécues, c'est difficile" - -

Amara Diané revient sur les récents déboires du PSG. L’Ivoirien dresse un portrait sans vergogne des prestations parisiennes et se projette vers la finale de Coupe de France face à Lyon.

Le Paris Saint-Germain, vainqueur de Sochaux (2-1) lors de la 38e et dernière journée du championnat de France, a assuré son maintien en Ligue 1. A l’image d’Amara Diané, le club de la Capitale est soulagé, certes, mais également déjà tourné vers la saison prochaine. Le meilleur buteur du PSG (11 réalisations) de l'exercice 2007-2008 rouge et bleu n’envisage pas de revivre encore une saison avec le spectre de la relégation dans le dos. Pour lui, de gros changements devront être effectués.

« Le plus important, c’était le maintien et on l’a assuré. Maintenant, il y a la Coupe (de France, NDLR) qui se profile. La reprise de l’entraînement est dans un mois environ. Je pense que les dirigeants vont réfléchir. C’est vrai que deux saisons de suite comme celles que l’on a vécues, c’est très difficile. Je pense que cela doit servir de leçon à tout le monde. L’équipe, notamment les dirigeants, doit tout faire pour être dans les cinq premiers, au minimum. »

Encore en lice pour le doublé (Coupe de la Ligue – Coupe de France), le Paris Saint-Germain compte bien s’arracher pour rendre un peu moins salée sa saison 2007-2008. Conscient de la mauvaise image véhiculée par son club ces derniers mois et par le statut de favori de Lyon, Amara Diané voit d’un bon œil les entraînements mis en place à huis clos jusqu’à la finale de samedi.

« On est tous conscients d’avoir fait un mauvais championnat. Bon maintenant, on a gagné la Coupe de la Ligue, mais cela ferait plaisir à nos supporters de la gagner (la Coupe de France, NDLR). Tout le monde voit Lyon favori. Nous, de notre côté, on se tait. De l’extérieur, on est vus de partout comme des mauvais joueurs. On reçoit tout dans la figure cette saison. Le plus important aujourd’hui, c’est de nous retrouver entre nous et de rester concentrés. Je pense que travailler à huis clos nous fait du bien. »

Alix Dulac avec Luis Attaque