RMC Sport

Diarra : « Bordeaux ne sera pas favori »

-

- - -

Alou Diarra se livre avant le choc de ce dimanche à Marseille. Un événement qu’il aborde avec une certaine confiance mais aussi de la prudence compte tenu du potentiel marseillais.

La confiance est de mise dans les rangs bordelais avant ce déplacement à Marseille ?
La victoire face à Nice nous place dans de bonnes dispositions même si on sait qu’il n’est jamais facile de se déplacer à Marseille. On y va cela dit avec beaucoup de confiance. Ce sera une belle affiche même s’il n’y a que trois points en jeu. L’objectif est de ramener quelque chose de ce déplacement. Un match nul serait pour moi un bon résultat.

Est-ce un rendez-vous important sur un plan psychologique dans l’optique de la course au titre ?
Non, ce n’est que la 4é journée. Le championnat ne va pas se jouer sur ce match là. Même si c’est une affiche importante, certes.

Comment jugez-vous le début de saison de votre équipe ?
On a certain automatismes car le groupe n’a pas beaucoup bougé. Tout n’est pas parfait mais je pense qu’on va monter en puissance au fil des semaines. Mais c’est toujours bien pour la confiance d’avoir commencé par trois victoires.

Vous allez retrouver pour la première fois votre ancien coéquipier et ami, Souleymane Diawara depuis son départ à Marseille. Ce sera sûrement un moment particulier pour lui comme pour vous…
Bien sûr. On a fait deux super saisons avec Souleymane. C’est un atout de plus pour Marseille, c’est clair. C’était l’un de nos meilleurs atouts. Mais on s’est fait une raison. Il aura à cœur de faire un bon match ce dimanche comme nous. Cela donnera un match engagé.

Vous avez-vous aussi eu l’opportunité de signer à Marseille cet été…
C’est vrai que Marseille m’avait sollicité. C’est une touche qui m’a fait réfléchir. J’ai beaucoup respecté leur intérêt. Mais j’ai voulu poursuivre à Bordeaux car je me sens vraiment bien dans ce club. Je m’y suis épanoui. D’autant que le club a fait des efforts pour me conserver en me prolongeant de deux saisons.

Aviez-vous parlé à l’époque avec Didier Deschamps ?
Non, je n’avais pas eu l’occasion de parler avec lui.

Quelle sera la clé du match ce dimanche ?
Il faudra contenir Marseille offensivement car ils ont beaucoup de talent. Marseille peut faire la différence à n’importe quel moment. Il y a de la vitesse, de la puissance et de la technique. Si nous faisons un match costaud sur un plan défensif, on aura l’opportunité de créer une surprise à Marseille. Bordeaux ne sera pas favori là-bas. On y va avec une petite avance mathématique. C’est tout. Ce sera un match serré.

Quelles sont les ambitions de Bordeaux cette saison en Ligue des Champions ?
L’objectif est de passer la première phase. On va essayer de soigner notre entrée dans la compétition et ne pas courir après les points. On a beaucoup appris la saison dernière lors de cette compétition.

L’équipe de France va jouer deux matchs capitaux la semaine prochaine dans l’optique de la qualification pour la prochaine Coupe du Monde. Comment percevez-vous ces deux rencontres ?
C’est sûr que ce sont deux rendez-vous très importants. On n’a plus de joker. Il faut prendre les points et surtout prendre les matchs les uns après les autres. Si on bat la Serbie sans pour autant battre la Roumanie, cela ne servirait à rien. Personnellement, je reste confiant. A titre personnel, je me tiens prêt si le coach veut faire appel à moi. Il n’y a pas de frustration. C’est déjà bien de faire partie de ce groupe France. L’objectif est de tout faire pour aider le groupe à se qualifier pour la prochaine Coupe du Monde.

La rédaction - M.B.