RMC Sport

Droits TV : combien vaut la Ligue 1 ?

Frédéric Thiriez

Frédéric Thiriez - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La LFP a lancé, avec plus d’un an d’avance, l’appel d’offres des droits TV de la L1 pour la période 2016-2020. La concurrence entre Canal + et BeIN Sports devrait permettre de dépasser les 607 millions d’euros annuels actuellement versés.

La réponse tombera le 4 avril prochain. En attendant, place aux spéculations. En anticipant de plus d’un an le lancement de l’appel d’offres des droits TV de la L1 et de la L2 pour la période 2016-2020, la Ligue de football professionnel a pris de court les dirigeants de clubs et surtout les diffuseurs intéressés par le championnat de France. Ces derniers, au nombre de deux (Canal + et BeIN Sports), s’apprêtent donc à se livrer une sacrée bataille, à coups de centaines de millions d’euros, pour continuer de diffuser les matchs du PSG, de Monaco ou encore de l’OM. Mais reste à savoir quelle somme cet appel d’offres va pouvoir atteindre.

Pour la période 2012-2016, Canal + et BeIN Sports déboursent à eux deux 607 millions d’euros annuels, alors que cette somme étaient de 668 millions entre 2008 et 2012. La baisse se poursuivra-t-elle ? Sans doute pas. « On a une estimation de 760 millions d’euros pour l’intégralité des droits, glisse Jérôme Bodin, analyste médias chez Natixis. Ce n’est que notre estimation, basée sur une concurrence assez forte entre Canal et BeIN Sports. Les droits du Top 14 ont été en hausse de 120%, c’est vrai qu’ils partaient de plus bas, mais on peut supposer que ce sera aussi en hausse pour la L1. En tout cas, ce sera l’un des appels d’offres les plus compétitifs de ces vingt dernières années sur le marché français. »

Une concurrence qui va rapporter gros

Pour Canal +, diffuseur historique du championnat de France, tout comme pour BeIN Sports, devenu l’une des chaînes sportives de référence dans l’Hexagone, perdre les droits de la L1 est inenvisageable. Même si cela coûte cher. « Dire que la L1 vaut plus est probablement une réalité car la valeur d’un droit peut se calculer de façon scientifique, mais elle est surtout le reflet d’une situation de concurrence. Et aujourd’hui, elle est plus exacerbée qu’il y a quelques années », souligne Vincent Chaudel, économiste du sport. « C’est la loi de l’offre et de la demande. Avec une demande forte et une offre faible, mécaniquement les prix montent », appuie Jérôme Bodin.

En plus de cette concurrence entre chaînes, le niveau et l’attractivité de la Ligue 1, avec Zlatan Ibrahimovic, Edinson Cavani ou Radamael Falcao comme têtes d’affiche, devraient aussi être un élément de l’augmentation des droits TV. « C’est vrai que la qualité du championnat s’est améliorée, mais je ne crois pas que ce soit l’élément déterminant d’un point de vue économique, tempère toutefois Bodin. C’est avant tout la concurrence qui va probablement conduire les prix à monter. » Et si cette anticipation de l’appel d’offres permettra aux clubs de pouvoir prévoir leurs budgets à l’avance, elle représente surtout un joli coup de la LFP, qui a flairé le bon moment pour tirer un maximum de son produit. Car comme le souligne Vincent Chaudel, « la L1 vaut ce que les diffuseurs vont vouloir en donner ». Et visiblement, ils sont prêts à donner plus que jamais.

A lire aussi :

>> 29e journée : Les bons et mauvais points de Luis

>> VIDEOS : quand les artistes reconnus chantent pour leur club

>> Les 10 faits majeurs de Zlatan avec le PSG

Alexandre Alain avec Louis Amar