RMC Sport

Droits TV: les coulisses et détails de l’accord de rupture entre la LFP et Mediapro

La LFP a trouvé un accord avec Mediapro pour la rupture de leur contrat de diffusion des matchs de Ligue 1 et Ligue 2. Le groupe sino-espagnol s'est engagé à verser 100 millions d'euros à la Ligue et à assurer l'intérim jusqu'à l'arrivée d'un nouveau diffuseur.

Le divorce est acté. Quatre mois après le début de la diffusion de la Ligue 1 et de la Ligue 2 sur la chaine Téléfoot, propriété du groupe sino-espagnol Mediapro, les deux parties ont trouvé un accord pour la rupture de leur contrat. Les deux derniers versement prévus, en octobre et décembre, n'avaient pas été honorés par Mediapro, qui s'était offert l'essentiel des droits TV de la LFP pour la période 2020-2024 en 2018, contre un montant annuel de 830 millions d'euros. Le "deal" final a été trouvé dans la nuit de jeudi à vendredi, à 3h du matin.

Mediapro s'est engagé à verser 100 millions d'euros à la LFP (sur 324,8 millions d'euros d'impayés), en deux versements de 64 M€ et 36 M€, afin d'éviter des poursuites judiciaires ultérieures. Et à diffuser les matchs jusqu'à l'arrivée d'un nouveau diffuseur, au plus tard jusqu'au 31 janvier. 

Labrune, fin négociateur

Les 100 millions d’euros "offerts" par Jaume Roures sont arrivés au tout dernier moment et ont été vécus comme une petite victoire par Vincent Labrune, le président de la Ligue, dont le sens de la négociation a impressionné les membres de la LFP qui l’entouraient. 

Concernant la procédure, le Tribunal de commerce de Nanterre va devoir maintenant homologuer cet accord sous huit jours afin de procéder à la récupération des droits par la LFP. Une audience à huis clos en la seule présence de la LFP, de Mediapro et du conciliateur Marc Sénéchal est prévue dans les prochains jours. Le Tribunal devra notamment s'assurer que les parties sont suffisamment solides financièrement pour honorer cet accord.

"Eviter l'écran noir"

En attendant de trouver une solution durable, la Ligue souhaite à tout prix éviter l'arrêt de la diffusion des matchs du championnat. La LFP a donc obtenu de Mediapro qu’elle diffuse les matches jusqu’au 31 janvier au plus tard, si Canal+ ne vient pas avant. Donc la chaîne Téléfoot devrait exister jusqu’à ce moment-là. 

La volonté de la LFP est de laisser Téléfoot en service tant qu'une autre solution n'est pas trouvée pour diffuser l'élite. "Mediapro diffuse tant qu'il n'y a pas de solution pour éviter un écran noir", indique-t-on à RMC Sport. La diffusion par Mediapro pourrait finalement s'étendre au début de l'année 2021, si aucun autre diffuseur ne s'est positionné d'ici-là pour la Ligue 1 et la Ligue 2.

Canal+ en position de force

Selon les informations de RMC Sport, les responsables de Canal+ ont coupé toute communication avec la LFP depuis trois ou quatre jours, voulant sans doute renforcer leur pression sur l’instance du foot professionnel. Vu comme le potentiel sauveur de la L1, Canal+ pourrait se positionner pour récupérer les droits TV de Mediapro.

Si la chaîne cryptée se lançait avant la fin du mois de janvier, elle remplacerait immédiatement Téléfoot et la LFP n'aurait pas alors besoin d'effectuer un nouvel appel d'offre. La LFP veut éviter un deuxième emprunt lié à la sortie de Mediapro et en fonction des trésoreries des clubs. Par contre, si aucune chaîne ne venait à se positionner d'ici le 31 janvier, un appel d'offre devrait alors être relancé par la Ligue.

JGL avec Arthur Perrot, Loïc Briley et Mohamed Bouhafsi