RMC Sport

Droits TV: Mediapro, un fiasco en quatre mois pour la Ligue 1

Après s'être offert en 2018 les droits de la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour la période 2020-2024, Mediapro a connu quatre mois de fiasco depuis le lancement de la chaîne Téléfoot.

C'est la fin d'un feuilleton inattendu. Après plusieurs semaines de bras de fer entre Mediapro et la LFP, les deux acteurs ont trouvé un accord pour rompre le contrat de diffusion de la Ligue 1 et de la Ligue 2, signé en 2018 pour la période 2020-2024 et 830 millions d'euros par an. Les quatre mois qui se sont écoulés depuis le lancement de la chaîne Téléfoot par le groupe sino-espagnol Mediapro, à la fin de l'été, auront été marqués par les tensions avec la Ligue et les tentatives de renégociations.

21 août: lancement de la chaîne Téléfoot

Avec la reprise de la Ligue 1, se lance la chaîne Téléfoot, créée par Mediapro les mois précédents. A cause du report de Marseille-Saint-Etienne, le premier match diffusé est Bordeaux-Nantes, terminé sur le score de 0-0. La chaîne brille cependant avec un entretien avec Zinedine Zidane. En coulisses, Mediapro aurait versé son premier paiement avec quelques jours de retard en août, invoquant la crise sanitaire. Annonciateur des mois à venir.

18 septembre: les attaques de Canal +

Après avoir signé avec l’ensemble des opérateurs télécoms pour sa diffusion, Mediapro compte sur le PSG-OM du 13 septembre pour convaincre Canal + de sauter le pas. Ce ne sera pas le cas. Au contraire, quelques jours après le Classique, l’acteur historique du foot français décide d’assigner Mediapro en justice pour "inégalités de traitement". "Les conditions que Mediapro nous réclame sont irréalistes, voire surréalistes", explique alors Maxime Saada, le président de Canal +, dans L’Equipe.

6 octobre: le premier retard de paiement de Mediapro

Un mois et demi après le début de la saison de Ligue 1, l’échéancier prévoyait un deuxième paiement de 172 M€ de Mediapro vers la Ligue de football professionnel. Jaume Roures, président de Mediapro, écrit cependant à la LFP pour réclamer un délai. La demande est refusée et les tensions débutent. Deux jours plus tard, Roures s'exprime publiquement et réitère sa demande de diminution de la facture. Il met en cause la crise liée au Covid-19.

21 octobre: Roures tente de rassurer

Face aux révélations dans la presse et à l’inquiétude des acteurs du football français, Jaume Roures tente de rassurer tout le monde. Le président de Mediapro donne une conférence de presse mais surtout, il se rend dans les locaux de Téléfoot pour parler aux équipes de la chaîne. "Téléfoot va continuer", martèle-t-il. Roures persiste cependant en demandant une renégociation du contrat auprès de la LFP. Il confirme aussi la procédure de conciliation et annonce qu’il n’effectuera pas le prochain paiement, en décembre.

5 décembre: Mediapro ne paye toujours pas

Comme prévu, la troisième échéance du contrat de Mediapro (152,5 M€), le 5 décembre, ne donne toujours lieu à aucun versement. La LFP, qui a déjà contracté un prêt de 120 M€ pour compenser le premier défaut de paiement de Mediapro, se retrouve dans l’impasse. Le prochain versement est prévu le 18 décembre et tous les acteurs comprennent que la situation risque de s’enliser.

11 décembre: annonce de l'arrêt de la chaîne Téléfoot

Plus de deux mois après le premier défaut de paiement, l’issue est inévitable. La LFP met fin au contrat avec Mediapro et signe l’arrêt de la chaîne Téléfoot. Les salariés de la chaîne sont prévenus de cette décision ce vendredi matin. L'accord de rupture entre la LFP et Mediapro prévoit une indemnité de 100 millions d'euros de la part du groupe sino-espagnol. Et Téléfoot va continuer à diffuser les matchs jusqu'à l'arrivée d'un nouveau diffuseur (Canal+ ?). Le dénouement d’un long feuilleton pour le football français.

RW