RMC Sport

En images : PSG - Quand Ibra n'est pas là...

-

- - -

Trois nuls, trois victoires, deux défaites. Voilà pour le bilan des Parisiens en l'absence de Zlatan Ibrahimovic depuis son arrivée au PSG. Un bilan contrasté qui ne rassure pas les Parisiens avant d'affronter les Verts sans Ibra.

Saison 2013/14

PSG - Lorient (2013) : 4-0

Lorient, l'ancienne bête noire du PSG ne résiste pas à un Paris sans Zlatan. Ibra, absent des travées du Parc, n'assiste pas au festival des siens qui débute dès la 3e minute avec un but de Lucas. Cavani, à deux reprises, et Ménez complètent la balade parisienne.

Benfica-PSG (2013) : 2-1

La qualification pour les 8es de finale et même la première place assurées, Laurent Blanc n'envoie pas certains de ses cadres lors de cette dernière journée de Ligue des champions. Une équipe parisienne mixte cède en fin de rencontre. La malédiction des clubs français se poursuit au stade de la Luz.

Saison 2012/13

Ajaccio - PSG (2012) : 0-0

Première absence du géant Suédois cette saison-là et déjà une idée de son influence au PSG. Auteur d’un doublé en guise de présentation lors de son premier match, face à Lorient, Ibrahimovic s’annonce lui-même comme l’atout offensif numéro 1 du club de la capitale. Tendance confirmée dès la journée suivante. Sans son attaquant, forfait en raison d’une contusion au pied droit, Paris ne décroche que le point du match nul à Ajaccio (0-0). 

Montpellier - PSG (2012) : 1-1

Avant de faire du ballon rond son sport de prédilection, l’ex-Blaugrana faisait d’abord parler la poudre sur les tatamis. Adapte du taekwondo depuis l’âge de 17 ans, Zlatan se rappelle au bon souvenir de sa jeunesse contre Saint-Etienne, le 3 novembre dernier. Lancé dans la profondeur, il assène sans regarder un joli high-kick aérien à Ruffier, sorti gêner son vis-à-vis. Résultat : deux matches de suspension et le PSG s’incline contre Sainté puis ramène le nul de Montpellier.

Jérémy Menez
Jérémy Menez © -

PSG - Rennes (2012) : 1-2

En délicatesse à la Mosson, l’équipe de Carlo Ancelotti se fait surprendre par Rennes la semaine suivante chez elle, au Parc des Princes. Emmené par Nenê à la pointe de l’attaque, pour une fois titulaire, Paris va connaître une sale soirée. A neuf sur le terrain la dernière demi-heure, les Bretons réussissent l’exploit de s’imposer face au principal prétendant au titre. Ce qui n’empêche pas Ibrahimovic d’être serein et d’afficher un large sourire dans les tribunes.

Arras - PSG (2013) : 3-4

Encore à la recherche de la bonne formule, le « Mister » Ancelotti ne prend pas risques insensés lorsque Arras, modeste club de CFA 2, se présente face à lui en Coupe de France. L’Italien préserve son attaquant fétiche du froid et a bien failli le regretter. Bousculé par la formation d’amateurs, le PSG s’en tire dans les dernières minutes grâce un but de Lavezzi. Ou comment, sans Ibra, passer tout près de la faute professionnelle.

Paris s'impose à Arras
Paris s'impose à Arras © -

PSG - Valence (2013) : 1-1

Pour ce premier match à élimination directe en C1 depuis 18 ans, le Paris Saint-Germain soigne sa prestation. A Mestalla, en 8ème de finale aller, les coéquipiers de l’international suédois donnent une leçon à Valence (1-2). Un succès néanmoins entaché par la sortie de Zlatan, expulsé après un vilain geste d’humeur sur Guardado dans le temps additionnel. Au match retour, les joueurs parisiens, souverains sans être forcément éclatants, font le minimum pour accéder au tour suivant.

Lucas contre Valence en 8es de C1
Lucas contre Valence en 8es de C1 © -

Troyes - PSG (2013) : 0-1

Alors que le premier titre de champion du PSG se profile depuis 1994, Ibracadabra a déjà dompté la Ligue 1. Avant de rater le déplacement à Troyes à cause d’un troisième avertissement dans une période incluant dix rencontres de compétition, l’ancien Rossonero avait inscrit la bagatelle de 26 buts en Ligue 1. Et en marchant (parfois), qui plus est. Son fantasque avant-centre suspendu, les Parisiens peineront à s’imposer (0-1). Comme pour rappeler, encore une fois, que le « Z » demeure incontournable.

A lire aussi :
>> Pastore divise la Dream team RMC Sport
>> Pourquoi Pastore ne va pas bien
>> PSG-Lorient en direct

La rédaction