RMC Sport

Evian, l’anti-Arles

Sidney Govou

Sidney Govou - -

Comme le promu provençal un an avant lui, Evian-Thonon-Gaillard a rejoint la Ligue 1 après plusieurs montées successives et s’est offert un recrutement ambitieux pour assurer son maintien parmi l’élite. Mais l’ETG ne compte pas reproduire les mêmes erreurs.

Quelques minutes d’observation et le constat tombe. A Evian, tout est allé vite, très vite, trop vite même pour ce club né il y a quatre ans et qui évoluait alors en CFA. « On n’a encore pas de salle de musculation (ndlr, elle n’est pas terminée), notre terrain d’entraînement n’est pas toujours au top », reconnaît Bernard Casoni. Le discours de l’entraîneur d’Evian-Thonon-Gaillard n’est pas une complainte. Juste le constat de la vie accélérée de l’ETG, successivement champion du National en 2010, champion de L2 l’an passé et promu en mai dernier dans l’élite pour la première fois de son histoire.

Pour autant, Evian ne compte pas jouer les victimes expiatoires. « On ne roule pas sur l’or, on aimerait avoir plus de matériel mais on a un budget (26 millions d’euros, ndlr) et il faut s’y tenir, poursuit Casoni. On essaie de progresser un petit peu sur tout. Vous savez, les joueurs, on ne leur ment pas, ils savent à quoi s’attendre en arrivant. » L’absence de salle de muscu n’a pas gêné outre-mesure des vieux briscards de la Ligue 1 tels que Sidney Govou (voir encadré) ou Jérôme Leroy d’adhérer au projet. Govou, Leroy ou encore le Ghanéen Jonathan Mensah, champion du monde des moins de 20 ans en 2009, le recrutement haut-savoyard est clinquant. Il n’est pas sans rappeler celui d’Arles-Avignon il y a un an.

L’ACA avait aussi connu plusieurs montées successives (trois, de 2008 à 2010, du National à la L1) avant de passer lamentablement à côté de son maintien dans l’élite. « C’est vrai que ce club a connu une progression assez forte dans un laps de temps assez court et que les infrastructures n’ont pas suivi, assure Sidney Govou. On peut avoir l’image d’un club amateur, mais il est très bien géré. » Cette comparaison à Arles, Bernard Casoni ne souhaite pas non plus l’entretenir. « Et Dijon ? Et Ajaccio ? Vous les comparez à quoi ? A qui ? Chacun a son histoire. Nous, nous essayons juste d’écrire la nôtre. »

LA PHRASE

Bernard Casoni : « Le maintien, c’est entre la 1ère et la 17e place. Peut-être qu’on finira 17e, peut-être 3e. Il faudra essayer de ne pas être dans les trois derniers. Le titre ? Rien n’interdit d’y penser. »

Le titre de l'encadré ici

Govou, le joli coup de filet|||

Evian-Thonon-Gaillard a effectué une belle prise durant ce mercato. Car Sidney Govou, l’un des cadres sur lesquels compte s’appuyer le club haut-savoyard, n’est pas venu pour se la couler douce à l’ETG. L’international français, qui n’aura pas enflammé les foules en Grèce avec le Panathinaïkos, a faim de ballon. Et s’annonce comme un vrai plus pour le promu. « Je vais tout faire pour apporter quelque chose à l’équipe, être décisif et surtout apporter en-dehors, mon expérience au reste du groupe. » Cela tombe bien, Evian n’en attend pas moins. Et si l’aventure haut-savoyarde se passait bien, un retour en Bleu serait-il envisageable ? « On m’en parle beaucoup. Les Bleus, ce n’est pas fini. Si je joue à un haut niveau, je peux être sélectionnable. Mais ce n’est plus un objectif comme par le passé. » Le maintien d’Evian, lui, oui.