RMC Sport

Evian-PSG : Paris tout près du titre et... sur les nerfs

Salvatore Sirigu en fin de match

Salvatore Sirigu en fin de match - -

Le PSG s’est imposé sur la plus petite des marges contre l’Evian-TG (1-0), dimanche à Annecy, grâce à un but de Javier Pastore. Un succès, qui rapproche encore le club du titre, décroché à l’issue d’une rencontre marquée par… trois expulsions et des échauffourées au coup de sifflet final.

Après la claque administrée à Nice la semaine dernière (3-0), on pouvait s’attendre à voir Paris s’offrir une revanche nette et sans bavure sur la pelouse de l’Evian-TG, son bourreau en Coupe de France. Les Parisiens se sont finalement contentés du minimum. La victoire est courte, mais le pas fait vers le titre est immense. Neuf points d’avance sur l’OM à quatre journées de la fin et une différence de buts ultra-favorable (+41 contre +6). Trois petits points devraient donc suffire pour glaner le premier titre de l’ère qatarie. Ce sera là l’enseignement essentiel de cette rencontre que le PSG aurait dû gagner plus largement sans un festival ahurissant de ratés devant le but et des cartons rouges en fin de match.

Si Carlo Ancelotti avait refusé de parler de revanche, la première mi-temps de ses troupes a parfaitement justifié ses propos. Pas le moindre signe de rancune, de révolte ou d’envie. Sur un rythme plus que modéré, ils s’en sont remis, 45 minutes durant, aux quelques fulgurances d’un bon Ibrahimovic, surnageant au milieu de Pastore, Ménez et Lavezzi atones. Une grosse frappe des 20 mètres (5e), une reprise de près (17e), une ouverture parfaite pour Lavezzi (40e)… Le Suédois tente tant bien que mal d’égayer un premier acte sans relief, laissant entrevoir les fantômes de la Coupe de France.

Verratti et Beckham voient rouge, Sirigu aussi ?

Mais la probable soufflante passée par le technicien italien, passablement énervé au moment de regagner les vestiaires, n’aura pas été vaine, les Parisiens sortant collectivement de leur léthargie après la pause. Bien décalé par Ménez, Jallet remet à une touche pour Pastore, qui enroule du coin droit de la surface, et trouve le petit filet opposé (50e). Le but est superbe. Et ses vertus indéniables. Paris accélère, Evian plie. « Ibra » manque le cadre à un mètre de la ligne alors que Verratti vient de toucher la barre (61e). Dans la foulée, Lavezzi mange un but tout fait, en tirant sur le défenseur, à bout portant, après avoir éliminé Laquait. Des ratés qui resteront sans conséquence, grâce à la vigilance de Sirigu, impeccable sur une bonne frappe de Khlifa (67e).

Mais alors que l’on croit Paris tranquillement lancé vers son 22e succès de la saison, Verratti reçoit son deuxième jaune de la soirée pour une contestation stupide (81e), s’attirant la fureur de son entraîneur. Dix minutes plus tard, David Beckham, tout juste entré en jeu (84e), est directement expulsé pour un geste jugé dangereux par M. Thual. La fin de match est chaotique. Elle basculera dans un immense n'importe quoi lorsque Matuidi, au coup de sifflet final, lève un poing rageur vers le banc évianais. Les échauffourées qui s’ensuivront coûteront un nouveau carton rouge à Saber Khlifa, côté ETG. Dans la confusion générale, Salvatore Sirigu échappe lui (momentanément ?) à la sanction en refusant de revenir sur le terrain. Clap de fin sur cette rencontre qui rapproche Paris d’un titre qu’il peut s’estimer heureux de ne pas avoir à fêter dans de telles conditions.

A lire aussi :

- Evian-PSG : Paris à trois points du titre

- Evian TG-PSG : un cauchemar à chasser

- Ancelotti : « Pas sûr de rester à 100 % »

A.T.