RMC Sport

Fournier résiste à la crise auxerroise

Laurent Fournier

Laurent Fournier - -

L’entraîneur de l’AJA a été maintenu dans ses fonctions ce lundi, à l’issue d’une réunion de crise avec l’ensemble du club. Dans un climat pesant, les dirigeants et les joueurs ont mis les choses à plat pour tenter de quitter rapidement la zone de relégation. La révolution attendra.

Ils sont une bonne trentaine à faire le pied de grue ce lundi devant l’Abbé-Deschamps. Un groupe de supporters remontés, mais moins vindicatifs que samedi lors de la défaite face à Nancy (1-3), lorsqu’ils ont brisé le plexiglass du banc de touche bourguignon. Tous sont venus exprimer leur colère à l’heure où l’AJ Auxerre entame sa réunion de crise. Joueurs, staffs, dirigeants, l’ensemble du club a été convoqué pour ce rendez-vous d’urgence. Après une bonne heure d’échanges, les participants sortent la tête basse et l’air penaud. Le tout dans une ambiance assez calme, même si Anthony Le Tallec essuie quelques insultes. Olivier Kapo, à peine revenu au club, en profite pour esquiver les micros.

Au moment d’évoquer la réunion, les langues peinent à se délier. « Je n’ai pas trop de commentaires à faire, lâche le défenseur Stéphane Grichting. Il n’y a pas lieu de parler sur la place publique. On en parle en interne. Ça fait du bien d’entendre des choses. Mais on le fait entre nous. » Certains, comme Omar Kossoko, préfèrent jouer la carte de l’humour. « Je ne sais pas ce qu’il s’est dit, je dormais », ironise le milieu de 23 ans. D’autres regrettent que l’entrevue n’ait pas été plus longue. « On a d’abord attendu le président (Gérard Bourgoin, ndlr), peste Cédric Hengbart. Il a mis vingt minutes à arriver. Donc la discussion a duré une demi-heure, pas une heure ! » Visiblement, les débats ont été assez tendus. « On a parlé un peu de tout, glisse l’attaquant Roy Contout. Le temps est à la réflexion. Pour ma part en tout cas… »

Fournier : « Je vais me battre jusqu’au bout »

Quelques minutes plus tard, Bourgoin sort s’adresser aux medias et confirme Laurent Fournier dans ses fonctions. Un soulagement pour l’entraîneur à la position fragilisée ces dernières semaines. « J’ai eu des petits coups de mou, reconnait le coach bourguignon. Mais jamais je n’ai dit que j’allais renoncer ou lâcher. Ce n’est pas dans mon tempérament. Je vais me battre jusqu’au bout pour les joueurs et le président. On a commencé ensemble, on finit ensemble. » Avec une seule victoire lors des huit dernières journées de Ligue 1 (pour un nul et six défaites), l’AJA est en chute libre. Dix-huitième et premier relégable, le club de l’Yonne va devoir se reprendre rapidement pour éviter le pire. Afin de remotiver ses troupes, Fournier a précisé qu’il allait apporter quelques ajustements dans son travail quotidien. Les petits déjeuners seront désormais pris en commun au réfectoire du stade. Les séances d’entraînement seront agrémentées d’ateliers ludiques. Suffisant pour relancer la machine ? Premier élément de réponse dimanche (17h) à Caen, dans un match déjà capital pour la fin de saison.

Alexandre Jaquin avec Nicolas Jamain, à Auxerre